Aller au menu Aller à la page
Go Top

Neutralité carbone : révision à la hausse des CDN 2030

#Gros plan sur l'actualité l 2021-10-16

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Sud a mis la barre plus haut dans sa lutte contre le changement climatique. Elle a annoncé, le 8 octobre, la décision de réviser à la hausse ses Contributions déterminées au niveau national (CDN). Afin d’atteindre l’objectif « zéro émission nette » de CO2 à l’horizon 2050, le gouvernement sud-coréen promet de réduire les émissions directes de gaz à effet de serre (GES) de 40 % d’ici 2030 par rapport au niveau de 2018. Il propose ainsi un chiffre plus ambitieux que ses deux objectifs précédents : « 26,3 % » annoncé en 2018 et « plus de 35 % » fixé par la loi de base sur la croissance verte et la neutralité carbone que l’Assemblée nationale a adoptée fin août. Il prévoit de réduire les GES de 4,17 % par an, et faire monter jusqu’à 30 % la part des énergies renouvelables d’ici 2030.


L’exécutif a dit avoir révisé son projet en prenant en compte la gravité du changement climatique et son rôle à jouer dans la communauté internationale. Pour rappel, celle-ci œuvre pour faire respecter « l’accord de Paris » en 2015 consistant à limiter le réchauffement mondial à 1,5°C d’ici 2100 par rapport aux niveaux préindustriels. Les signataires de ce pacte sont amenés à évaluer leurs CDN tous les cinq ans.


Plus concrètement, le pays du Matin clair prévoit de redoubler d’efforts dans divers domaines gros émetteurs de gaz à effet de serre (GES). Elle a vu ses émissions de GES atteindre le pic en 2018 avec 727,6 millions de tonnes. Pour en réduire 40 %, il doit les contrôler sous le seuil des 436,6 millions de tonnes. Il concentrera ses efforts notamment dans la production d’électricité, par exemple, de sorte à abandonner une large part des centrales à charbon, à favoriser les énergies renouvelables et à introduire de nouvelles centrales à ammoniac. Il s’agira aussi de réaliser la transition écologique dans la sidérurgie, la pétrochimie et la cimenterie, ainsi que d’améliorer l’efficacité énergétique et favoriser le réseau intelligent dans les bâtiments. Sans oublier de généraliser les véhicules écologiques dans les transports.


Le nouvel objectif gouvernemental est critiqué de deux côtés. Les industriels adhèrent certes à cette cause, mais ils redoutent la hausse des coûts et la baisse de leur compétitivité. Quant aux associations militant pour la protection de l’environnement, elles estiment que ce n’est pas à la hauteur des attentes et demandent de fixer l’objectif de réduction à 50 %. Après avoir recueilli les opinions, l’exécutif devrait faire adopter définitivement son projet de révision au sein de la commission présidentielle pour la neutralité carbone et en conseil des ministres dans le courant de ce mois-ci.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >