Aller au menu Aller à la page
Go Top

Pyongyang lance un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS)

#Gros plan sur l'actualité l 2021-10-23

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Nord a tiré mardi, vers 10h17, un missile balistique à courte portée en direction de la mer de l’Est depuis Sinpo, dans la province de Hamgyong du Sud. C’est ce qu’a annoncé, le jour même, l’état-major interarmées (JCS) sud-coréen. Selon lui, il s’agirait d’un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) lancé depuis un sous-marin, et l’engin aurait atteint une altitude de 60 km pour parcourir une distance de quelque 590 km.


Sinpo est là où le pays communiste construirait un sous-marin de 3 200 tonnes capable de lancer un MSBS de type Pukguksong-4.5. Le missile en question serait identique à un mini-MSBS de nouveau type dévoilé lors de la cérémonie du le 76e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs. Plus petit qu’un MSBS classique, il serait mis au point pour menacer la Corée du Sud et l’armée américaine basée au Japon.


Le lendemain, la Corée du Nord a confirmé avoir testé un nouveau type de MSBS via son agence de presse officielle (KCNA). Dans le passé, elle avait annoncé avoir mené avec succès ses tests de deux MSBS, le « Pukguksong-1 » en 2015 et le « Pukguksong-3 » en 2019.


Une heure après ce tir balistique, la Cheongwadae a convoqué d’urgence son Conseil de sécurité nationale. Les membres de ce dernier ont exprimé leurs profonds regrets en ce que ce test est intervenu alors que Séoul, Washington, Pékin, Tokyo et Moscou multipliaient leurs concertations en vue de faire avancer le processus de paix dans la péninsule coréenne. Ils ont d’emblée appelé Pyongyang à revenir au plus vite à la table des négociations. Cependant, le bureau présidentiel et son Conseil de sécurité nationale se sont abstenus d’employer le mot « provocation » qui irrite Pyongyang.


A New York, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni à huis clos en urgence, mercredi, pour discuter du nouveau tir nord-coréen. Mais il n’a pas publié de communiqué conjoint. Avant ce rendez-vous, l’ambassadrice américaine à l’organisation internationale, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré que ce lancement de MSBS par Pyongyang n’était pas un cas isolé mais le dernier cas en date d’une série de « provocations téméraires » qui sont « en violation des résolutions multiples du Conseil de sécurité de l’Onu » et qu’elle a qualifiées d’« inacceptables ». En même temps, la diplomate a souligné que les Etats-Unis continuaient d’appeler la Corée du Nord à reprendre le dialogue en affirmant qu’ils n’ont aucune intention hostile à son encontre. De son côté, Pyongyang s’est contenté de justifier son tir balistique comme un acte souverain et d’exprimer ses regrets sur la convocation du conseil sécuritaire onusien, sans aller plus loin. Ainsi, la porte semble rester ouverte au dialogue.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >