Aller au menu Aller à la page
Go Top

« Un beau crépuscule » de Baek Shin-ae

2023-09-26

ⓒ Getty Images Bank
Il avait un visage idéal que j’imaginais dès le moment où j’avais commencé à peindre. J’ai toujours désiré peindre, ne serait-ce qu’une seule fois dans ma vie, un visage extrêmement doux et beau, infiniment calme et serein, clair, innocent et sain. J’avais l’habitude de regarder attentivement les visages des gens dans la rue ou dans le tram. Rien d’autre ne m’intéressait. Je ne voulais que dessiner un tel visage pour une fois dans ma vie. 

- Extrait de l’émission


Jeong-gyu n’avait que trois ans de plus que mon fils. Non, ce n’était pas tout. Je me suis inquiété de mon visage sale et me suis précipitée pour me regarder dans le miroir alors que j’allais peut-être me fiancer avec son frère aîné. Mes yeux se sont assombris de honte en m’imaginant faire face à mon fils Seok-ju avec ces sentiments. 

내 아들보다 단 세 살밖에 차이가 없는 소년 정규,
아니 그보다도 그의 형과 약혼설이 진행 중에 있는 사이에
그에게 내 자는 얼굴이 행여 더러웠을까 염려되어
거울 앞에 부리나케 달려가던 그 마음을 가지고
내 어이 아들 석주를 보랴 하는 괴로움에 내 눈은 어두워졌어요. 


# Interview : Jeon So-yeong, critique littéraire
Sun-hee a 32 ans. Jeong-gyu qui a 19 ans pourrait devenir le beau-frère de la peintre et lui rappelle son propre fils. Tous ces facteurs rendent leur relation très risquée. Mais pourquoi donc l’auteure a-t-elle mis les deux personnages dans une telle situation ? C’est parce que Baek Shin-ae voulait montrer comment un tabou social et le désir humain s’affrontent. Durant la période coloniale japonaise, les femmes devaient lutter contre de nombreux tabous sociaux tout en tentant de choisir la vie qu’elles souhaitaient mener. Les femmes de l’époque étaient tourmentées par la culpabilité et les critiques alors qu’elles luttaient contre les vieilles conventions et les préjugés sociaux, tandis que certaines renonçaient à leurs rêves et à leurs désirs en se conformant aux tabous. Cette nouvelle illustre la vie des femmes à travers la situation dramatique de Sun-hee. A l’aide de descriptions émotionnelles vives, l’écrivaine réussit à montrer la profondeur du désespoir et du chagrin que ressentaient sans doute la plupart des femmes à l’époque.


Moi aussi, je sais que ma vie est précieuse. J’ai toujours tellement apprécié ma vie que je n’y aurais pas renoncé même si le sacrifice d’un seul de mes doigts pouvait sauver un millier de vies. Mais maintenant, je suis sur le point de sacrifier ma précieuse vie pour le bien de ce garçon. J’étais heureuse et soulagée dès le jour où j’avais pris cette décision. Je savais que j’abandonnerais ma vie pour lui. Même les larmes qui coulaient sont devenues du bonheur et les illusions douloureuses se sont transformées en joie.  

저 역시 내 삶이 귀한 줄 압니다.
나는 항상 내 손가락 하나를 희생하여 천 사람의 생명을 구할 수 있다 하더라도
선뜻 내어주지 못할 만치 내 몸을 중히 여겼어요.
그렇지만, 그렇지마는 이제는 내 그 귀한 생명을 바쳐서라도 
그 소년을 위하려는 거랍니다.
내 마음이 이러한 결심을 하게 되는 날부터 행복했고,
위로 받을 수가 있고 해결이 되는 것이었어요.
나는 그 소년을 위하여 생명을 던지리라는 것이었어요.
이제는 흐르는 눈물도 행복된 것 같고
괴로운 환영도 나에게 즐거운 듯합니다. 



Auteur : Baek Shin-ae (19 mai 1908 – 25 juin 1939)
- Débuts littéraires : en 1928 avec la publication de sa nouvelle « Ma mère ».

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >