Aller au menu Aller à la page

Economie

Quelle politique économique au Japon après la démission de Shinzo Abe?

#Eco à la une l 2020-09-07

Economie

ⓒ YONHAP News

Le 28 août dernier, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré qu’il allait démissionner en raison de problème de santé. Depuis, trois noms ont été cités comme successeurs possibles, mais le secrétaire général du Cabinet Yoshihide Suga est clairement le favori dans la course. Dans le système politique parlementaire japonais, le chef du Parti libéral démocrate, le parti au pouvoir, devient quasi automatiquement chef du gouvernement. Et avant le vote à la direction de la formation, Suga est soutenu par cinq des sept factions du parti.


Mais Suga a déjà précisé qu’il allait continuer à mettre en œuvre les réformes d’Abe, arguant qu’une normalisation hâtive de la politique monétaire pourrait ruiner les mesures anti-virus et provoquer une appréciation soudaine du yen. Cependant, on ne peut pas dire que les politiques économiques d’Abe, les Abenomics, aient bien marché. Si sous l’administration Abe, les cours des actions ont doublé, le yen est resté faible et le taux de chômage a diminué de moitié, dans l’ensemble, les performances de l’économie locale sont plutôt mauvaises. La dernière croissance a été la pire depuis 65 ans, et n’a pas atteint son objectif qui était de 2 %. Les prix à la consommation sont restés à 0 %, là aussi loin de l’objectif de 2 %. Le marché du travail est gelé, et le salaire réel par habitant a diminué de 3,5 %. Par ailleurs, l’économie nippone est toujours embourbée dans la déflation.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >