Aller au menu Aller à la page
Go Top

Economie

Graphique de la bouche du crocodile

#Terme de la semaine l 2021-10-18

Economie

ⓒ Getty Images Bank

Au Japon, le montant de la dette nationale et celui des recettes fiscales allaient de pair jusqu’à la fin des années 1980. Mais après l’éclatement de la bulle économique dans les années 1990, l’archipel est entré dans une très longue période de récession. Le gouvernement s’est alors endetté pour augmenter le budget de l’aide sociale. Mais alors que les dépenses budgétaires augmentaient, les recettes fiscales diminuaient, creusant un écart toujours plus grand entre les deux. Schématiquement, l’écart grandissant ressemblait à un crocodile avec la gueule grande ouverte. Ce type de graphique sur les flux de revenus et de dépenses du gouvernement japonais a commencé à être appelé « graphique de la bouche du crocodile ».


Le Japon n’est pas le seul pays à avoir ce genre de graphique. On en retrouve un similaire dans celui des recettes et des dépenses du gouvernement sud-coréen. De 2010 à 2018, les revenus et les dépenses de la Corée du Sud sont restés à des niveaux similaires, même les revenus étaient encore plus importants que les dépenses. Mais depuis 2019, les revenus ont été réduits ou n’ont que légèrement augmenté, tandis que les dépenses ont considérablement progressé pour commencer à créer un grand écart.


Ce qui fait que les experts ont mis en garde à plusieurs reprises contre le « graphique de la bouche du crocodile ». Car si la dette nationale augmente dans un contexte de faible taux de natalité et de vieillissement de la population, comme ce qui s’est passé au Japon, il sera difficile de refermer cette bouche. 

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >