Aller au menu Aller à la page

Culture

« Raison de vivre » de Kim Chong-kwang

#Lettres coréennes l 2019-10-15

Lettres coréennes

ⓒ Getty Images Bank

Extrait de l’émission :


« Raison de vivre » de Kim Chong-kwang, publié en 2019, commence par l’assemblée générale de fin d’année de l’Association des seniors de Baekho-ri.



« Je voudrais vous remercier de rester en vie cette année encore. Certains d’entre vous ont souffert de graves maladies, d’autres nous ont quittés subitement, mais vous tous qui êtes ici présents, vous êtes restés en bonne santé et avez réussi à vivre une année de plus. Je vous propose de porter un toast pour vous souhaiter une autre année de santé et de bonheur. Bonne santé à tous pour l’année à venir ! » 


 다들 올해도 무사히 살아주셔서 감사드립니다.

 크게 편찮았던 분도 계시고

 급하게 돌아가신 분도 계셨습니다만,

 우리는 건강하게 살아서 또 이렇게 한해를 보내고 있습니다.

 내년에도 무사하자는 기원으로다 

 건배 제의하겠습니다.

 “내년에도 건강하자” 



Oh Ji-rap, la femme du président Kim, finit par accepter le poste d’employée de ménage de l’association, mais elle fait vite face à une situation inattendue : elle doit se présenter à la formation à la sécurité et à l’emploi organisée par le bureau local de la Fédération des associations des citoyens aînés de Corée. N’ayant reçu qu’une éducation élémentaire, elle panique à l’idée d’aller en classe. 



Serais-je virée si je ne réussissais pas le test ?... Oh Ji-rap, accablée de mille soucis, a été déçue lorsque le programme a réellement démarré. 

Le premier cours était intitulé « Bonne compréhension du projet ‘Emplois pour les aînés’ ». Plus elle écoutait, moins elle comprenait. Elle somnolait pendant toute la classe. 

Le deuxième était intitulé « Prévention de la démence et précautions de sécurité ». La formatrice, une femme qui prétendait être secrétaire générale de l’association régionale des seniors, a à peine abordé le sujet de la démence avant de se lancer dans une tirade sur le harcèlement sexuel.

« Hé, jeune dame ! Pourquoi quelqu’un harcèlerait-il sexuellement une femme âgée de plus de soixante-dix ans ? Vous vous inquiétez inutilement. » a dit une vieille femme.

« Voulez-vous dire que tous les hommes harcèlent les femmes ? C’est absurde. Il suffit d’un poisson pourri pour contaminer tout le panier. Un poisson pourri rend la vie des hommes un enfer ! » a crié un vieil homme.

Des propos ridicules et des plaintes retentissaient dans la salle et la formatrice déconcertée n’arrivait pas à calmer l’assemblée. 


시험 못보면 탈락하는 건가,

오만가지 걱정을 했던 오지랖은 허탈해졌다.


첫 번째 시간은 ‘노인 일자리 사업의 올바른 이해’였다.

들을수록 더 이해가 되지 않았다.

오지랖은 졸다 깨다를 반복했다.

두 번째 시간은 ‘치매예방관리와 건강등 안전예방’이었다.

노인회 사무국장이라는 여성은 치매 얘기는 잠깐하고

미투 얘기만 잔뜩했다.

“아따, 젋은 양반. 칠십 여편네들이 미투하고 당할 일이 어딨어.

 걱정할 걸 걱정해야지“

“남자는 무조건 미투한다는규? 환장허겄네.

 어물전 망신은 꼴뚜기가 시킨다더니 꼴뚜기 같은 놈들 때문에

 남자로 사는게 넘 힘들어“ 

잡소리가 판소리 메들리처럼 이어졌고,

사무국장은 좌중을 통제하지 못하고 갈팡질팡했다.




Auteur :

Kim Chong-kwang est né en 1971 à Boryeong, dans la province de Chungcheong du Sud. Il fait ses débuts littéraires avec la publication de sa nouvelle « Adieu, poste de police » en 1998.  

Contenus recommandés