Aller au menu Aller à la page

Culture

« Dormir avec des livres » de Lee Seung-u (II)

#Lettres coréennes l 2020-12-08

Lettres coréennes

ⓒ Getty Images Bank

Extrait de l’émission :


Comment le protagoniste a-t-il rencontré l’homme dans l’article de journal ? Pourquoi donc le livreur a-t-il été retrouvé mort en position fœtale parmi les livres ?    



« Il est mort. » (voisine)

Ses paroles étaient si courtes et concluantes que, pendant un moment, j’ai cru qu’elle me déclarait le décès de l’homme. 


Son frère cadet, prévenu par la police, est arrivé tout de suite. J’ai entendu dire que toutes les affaires du défunt seraient apportées dans une usine d’incinération des déchets. Quand j’ai demandé au frère de M. Seong s’il allait brûler les livres aussi, il m’a répondu : « Ils sont les premiers à être incinérés. » 


Ces livres, M. Seong les chérissait tant. Ils étaient inséparables de lui, je crois. En l’entendant parler ainsi, je me sentais offensée. J’avais l’impression qu’il méprisait son frère. C’était comme s’il poussait M. Seong dans l’incinérateur.  C’est pourquoi j’ai dit que je garderais les livres s’il voulait les brûler.

 

“그 사람, 죽었어요” 

그녀의 말은 짧고 단호해서 나는 문득 그녀가 그 순간 

그 남자의 죽음을 선고하고 있는 것 같은 착각을 느꼈다.


연락을 받고 동생이 달려왔는데,

모조리 쓰레기 소각장으로 갈거라고 하는 거예요.

그래 책들도 그럴거냐고 물었더니,

그 동생 한다는 말이, 저것부터 태워 없애야지, 그래요.


 그 책들이야말로  내가 생각하기에는 그 사람 분신 같은 건데,

 그렇게 함부로 말하니까  성씨를 쓰레기 소각장에 밀어넣는 것 같은 기분이 영 찝찝했어요.

 그래서 기왕 버릴거라면 내가 가지겠다고 했지요.



Jeong-tae a demandé à la voisine de recevoir le colis destiné à Seong Mok-gyeong comme elle le faisait de son vivant.



J’ai fini par croire que c’était à moi que les livres avaient été livrés. La coopérative ne me semblait plus étrange, pas plus que le nom de Seong Mok-gyeong.


Si moi, Han Jeong-tae, ne me sentais pas du tout gêné de lire des livres destinés à Seong Mok-gyeong, c’était sans doute parce que Seong Mok-gyeong était devenu une partie intégrante de la conscience de Han Jeong-tae. 


C’est ainsi que j’apprenais à vivre tout seul, sans ma femme.


책들은 나에게 배달된 것처럼 여겨졌고,

더 이상 책배달조합이 낯설지 않았고,

성목경이라는 이름 역시 마찬가지였다.


성목경에게 배달된 책을 한정태인 내가 읽으면서

전혀 부자연스러운 느낌을 받지 않았다는 것은

한정태의 의식 속에서 성목경이 구별되지 않는다는 의미일 수 있었다.


그런 식으로 아내 없이 혼자 사는 삶의 아무렇지도 않음을 익혀가고 있었다.



* Interview : Jeon So-yeong, critique littéraire

Le narrateur-protagoniste envoie des livres à son studio actuel, comme si Seong Mok-gyeong y vivait toujours. Il semble essayer de perpétuer l’héritage du président de la coopérative décédé parmi les livres et de préserver la valeur et la signification des livres. Ce comportement représente l’ardent souhait du personnage principal mais aussi de l’écrivain lui-même de voir les livres survivre dans ce monde.   




Auteur :

Lee Seung-u est né en 1959 à Jangheung dans la province de Jeolla du Sud. Il fait ses débuts en tant qu’écrivain avec la publication de sa nouvelle « Portrait d’Erysichton » en 1981 dans la revue Hanguk Munhak ou Littérature coréenne.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >