Aller au menu Aller à la page

Culture

« La femme qui n’a que ses souvenirs » de Kim Shin-woo (I)

#Lettres coréennes l 2021-01-12

Lettres coréennes

ⓒ Getty Images Bank

Extrait de l’émission :


Telle était la vie de la plupart des habitants de la « zone sans contact ». 


Dès que le sans-contact est devenu la norme, les gens ont dû abandonner la fréquentation des petits commerces comme des grandes surfaces pour s’adapter aux pratiques d’achat en ligne ou en réalité virtuelle. La fermeture des agences bancaires obligeait les gens à effectuer des transactions uniquement sur Internet et les consultations médicales de base étaient réalisées également à distance. Par conséquent, les activités ont été réduites au minimum nécessaire : les gens ne sortaient pas de chez eux sauf pour aller se promener dans un parc à proximité.

 

언텍트존(UNTACT ZONE)에 사는 사람들의 삶이 대부분 그랬다.


시장이 비대면 시스템으로 전환되자

백화점, 마트, 반찬 가게 등의 쇼핑이 

온라인 또는 가상현실의 소비활동으로써만 가능하게 되었다.

은행건물도 사라지기 시작해 인터넷뱅킹으로만 거래가 가능했다.

병원 역시 기초적인 진료는 원격 의료로 받아야 했기 때문에 

외출이란 것 자체가 공원 산책 말고는 

거의 필요하지 않을 정도로 활동반경이 좁아지게 되었다.



Si, pendant la pandémie de COVID-19, les cours en ligne étaient préférés, les méthodes d’enseignement à l’ancienne ont commencé à être appréciées de nouveau avec le temps : les gens regrettaient la communication interpersonnelle. Par conséquent, quelques écoles hors ligne restantes ont acquis une grande popularité et ont été surnommées « écoles aristocrates ».



* Interview : Bang Min-ho, professeur de littérature coréenne à l’université nationale de Séoul

L’auteure a parfaitement su intégrer la pandémie actuelle dans sa nouvelle. Dans un monde où le « sans-contact » est une routine, le contact sera apprécié comme une nouvelle valeur. La crise sanitaire fait naître des zones de contact où seuls quelques riches privilégiés peuvent continuer des rencontres physiques avec les autres et profiter des avantages qui en découlent.         



Cho-ah a tiré Yi-gyeong par la main, sans hésitation. 

« Allons au Starbucks de l’autre côté de la rue ! » 

« Je ne peux utiliser que le service drive... » 

« Ne t’en fais pas ! J’ai plusieurs cartes d’adhérent délivrées par mon entreprise. Il est absurde de devoir cotiser au moins un million de wons pour pouvoir fréquenter un café. Le monde est complètement fou. » 

Il a suffi de jeter un coup d’œil pour comprendre que Cho-ah était une femme vivant dans une zone de contact. Ses cheveux bien coiffés, son maquillage et sa tenue disaient qu’elle menait une vie « présentable ». 


초아는 이경의 손을 거침없이 잡아 끌었다.

  ”길 건너 스타벅스로 가자“

  ”나는 드라이브스루 이용밖에는 안 되는데...“

  ”어머 얘, 신경 안써도 돼.

   법인에서 비즈니스용으로 발급받은 회원권이 몇 개 있으니까.

   한갓 카페 회원권이 100만원 이상부터 충전해야 쓸 수 있다는 게 말이 되니?

   세상이 미쳐 돌아가는 거지“ 

초아는 한 눈에 보기에도 콘택트존의 삶을 사는 여자처럼 보였다.

미용실에 자주 다니는 듯 보이는 머리에, 화장에, 옷차림이

‘보여줄’ 필요가 있는 삶을 의미했기 때문이다.




Auteur :

Kim Shin-woo est née en 1978. Elle fait ses débuts littéraires en remportant en 2001 le concours des jeunes écrivains organisé par le quotidien Maeil Shinmun avec sa nouvelle « Durée d’immunisation ».   

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >