Aller au menu Aller à la page

A la loupe

La chanteuse Sulli met fin à ses jours

#Gros plan sur l'actualité l 2019-10-19

Journal

ⓒYONHAP News

Les obsèques de la chanteuse et actrice sud-coréenne Sulli, qui a mis fin à ses jours après avoir souffert de commentaires injurieux sur Internet, a eu lieu le 17 octobre à Séoul. Elle a été retrouvée morte trois jours plus tôt à son domicile à Seongnam, près de la capitale sud-coréenne.


Sulli, de son vrai nom Choi Jin-ri, était une star de K-pop. Née en 1994, elle a commencé par des rôles d’actrice lorsqu’elle était enfant, en 2005. Quatre ans plus tard, elle a également entamé une carrière de chanteuse en devenant membre du groupe féminin de K-pop f(x). Son groupe a connu un grand succès avec des tubes comme « LA chA TA », « NU ABO » ou « Hot Summer ». Parallèlement, Sulli a joué dans de nombreux feuilletons télévisés.


La jeune femme est également connue pour son style audacieux, s’exprimant toujours de manière directe et sans tabous. Ce qui a souvent donné lieu à des commentaires injurieux à son encontre sur la toile. En juillet 2014, elle a suspendu toutes ses activités professionnelles, avouant souffrir de harcèlement verbal en ligne. En août 2015, elle a quitté le groupe f(x) pour se consacrer à sa carrière d'actrice, mais ces derniers temps, elle avait progressivement repris ses activités dans la chanson. Elle a sorti un single et animé une émission de télévision. Elle continuait cependant de souffrir d’insultes et de rumeurs dans le monde virtuel.


Lundi dernier, son corps a été retrouvé sans vie par son manager à son domicile. Ne présentant aucune marque de violence extérieure mais des traces typiques d’un suicide, la police a conclu que Sulli s’était donné la mort.


La gravité du problème des commentaires injurieux en ligne n’est pas nouvelle en Corée du Sud. En 2008, Choi Jin-sil, l'une des actrices les plus appréciées des sud-Coréens, a mis fin à ses jours après avoir souffert de commentaires insultants à son encontre. En 2017, le chanteur Jong-hyun, membre du groupe SHINEE, s’était également donné la mort après avoir été victime de harcèlement verbal sur Internet.


Face à ce problème, les sud-Coréens demandent à leur gouvernement d'adopter un système obligeant  les internautes à ne laisser des commentaires en ligne que sous leur identité réelle. En effet, un tel système avait déjà été adopté en 2007 à l'initiative des grands portails. Mais en 2012, la Cour constitutionnelle a jugé que ce dispositif était contraire à la Constitution, invoquant notamment la liberté d’expression et la liberté de la presse.


Les députés sont conscients de la nécessité de mettre en place des mesures visant à prévenir la diffamation, l’injure et les atteintes à la vie privée sur Internet. Plusieurs projets d’amendements sur l'utilisation des réseaux de communication et la protection des informations sont actuellement en cours d’élaboration.

Contenus recommandés