Aller au menu Aller à la page

A la loupe

Qualifications pour le Mondial 2022 : les deux Corées font match nul

#Gros plan sur l'actualité l 2019-10-19

Journal

ⓒYONHAP News

Les deux Corées se sont affrontées, mardi à Pyongyang, dans le cadre des qualifications de la zone Asie pour la Coupe du monde de football de la FIFA en 2022. Les deux équipes se rencontraient pour la première fois dans la capitale nord-coréenne depuis 29 ans. Ce match historique s'est pourtant déroulé à huis clos, et s’est soldé par un score nul, zéro partout.


Cette confrontation tant attendue entre les deux frères ennemis s’est en effet déroulée dans le noir médiatique. Pyongyang a non seulement refusé la diffusion en direct du match et la délivrance de visas aux journalistes étrangers qui voulaient couvrir l'événement, mais il a également fermé les portes du stade au public alors qu'initialement, 40 000 spectateurs étaient attendus dans l’enceinte du stade Kim Il-sung.


La rencontre intercoréenne de mardi était la deuxième à avoir lieu en Corée du Nord, après le match amical d'octobre 1990. Les hommes de Paolo Bento ont joué en 4-4-2 avec en pointe Son Heung-min, l’ailier de Tottenham, et Hwang Ui-jo, qui évolue à Bordeaux. L'équipe nord-coréenne a également aligné deux attaquants sur le front : Han Kwang-song de la Juventus-Turin et Park Kwang-ryong du club autrichien SKN St. Polten.


D’après l'Association sud-coréenne de football (KFA), le match a débuté dans une ambiance nerveuse, et une petite altercation a eu lieu entre les joueurs des deux équipes. La Confédération asiatique de football (AFC) a placé des agents de sécurité dans le stade au cas où la situation dégénérerait. Durant la deuxième période, les joueurs des deux côtés ont reçu des cartons jaunes. Le sélectionneur des « guerriers de Taegeuk » a fait usage des trois remplacements autorisés. Mais finalement, aucun but n'a été marqué ni d'un côté, ni de l'autre.


Dans le groupe H de la deuxième phase des qualifications du Mondial 2022 au Qatar, les deux Corées cumulent désormais le même nombre de points. Mais le Sud arrive en tête du groupe selon la différence de buts marqués et encaissés.


Ce duel historique a retenu l'attention des médias du monde entier, en raison de la particularité de la relation entre les deux pays et de la situation inhabituelle dans laquelle il s’est disputé.


Une situation qui a particulièrement mis en colère les supporters du Sud, qui ont critiqué non seulement la décision du régime communiste d'organiser le match à huis clos, mais aussi les autorités sud-coréennes qui ont échoué à se coordonner comme il faut avec le Nord.


Le président de la FIFA, Gianni Infantino, s'est dit « surpris » par plusieurs sujets liés notamment à la retransmission en direct, aux problèmes de visas et à l'accès des journalistes étrangers. Il a fait savoir que son institution avait soulevé ces questions auprès de l'Association de football du pays communiste.


A Séoul, le ministère de la Réunification a indiqué qu'il examinerait les circonstances qui ont motivé la décision du Nord, tout en rappelant que ce match ne s'inscrivait pas dans le cadre des échanges entre les deux Corées, mais faisait simplement partie des éliminatoires du Mondial. Enfin, un responsable de la Cheongwadae a exprimé son regret face au fait que cet événement n'ait pas permis de relancer les efforts d'instauration de la paix dans la péninsule coréenne, comme ce fut le cas l’an dernier lors des Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang.

Contenus recommandés