Aller au menu Aller à la page

A la loupe

Washington et Pyongyang prêts à tenir un 3e sommet ?

#Gros plan sur l'actualité l 2020-07-11

Journal

ⓒYONHAP News

Regain d’optimisme pour un éventuel troisième sommet entre le dirigeant nord-coréen et le président américain. En effet, les Etats-Unis ont enchaîné les messages apaisants envers la Corée du Nord. En visite à Séoul, leur sous-secrétaire d’Etat, Stephen Biegun, s’est dit prêt, mercredi, à reprendre le dialogue bilatéral dès que Kim Jong-un désignera un interlocuteur habilité. C’est ce qu’il a déclaré à l’issu d’un entretien avec le négociateur nucléaire sud-coréen, Lee Do-hoon. Par ailleurs, le numéro deux de la diplomatie américaine, qui est aussi le représentant spécial pour la Corée du Nord, a assuré un soutien total au gouvernement de Moon Jae-in afin qu’il réalise son objectif de concrétiser la coopération intercoréenne avec le régime de Kim Jong-un. Même son de cloche chez Lee. Celui-ci a déclaré s’être concerté en profondeur avec Biegun concernant les mesures visant à ouvrir une brèche pour relancer le dialogue dans un proche avenir. Presqu’en même temps, Donald Trump s’est déclaré, mardi lors d’un entretien avec une chaîne de télévision américaine, ouvert à un troisième sommet avec Kim Jong-un. Le locataire de la Maison blanche a dit croire que le pays communiste voudrait bien le revoir, et que cette envie serait réciproque. Il s’est dit prêt à retrouver Kim Jong-un, si ce nouveau tête-à-tête s’avère utile.

 

Ces tentatives d’apaisement interviennent au moment où l’escalade des tensions a laissé place à une accalmie dans la péninsule coréenne. Le mois dernier, le royaume ermite a décidé de rompre toute relation avec son voisin du Sud en remettant en cause les largages aériens de tracts hostiles à son égard effectués par des associations de transfuges nord-coréens installés au Sud. Il a aussitôt fait exploser le Bureau de liaison intercoréen à Gaeseong. Il a ensuite annoncé le lancement imminent de quatre actions militaires. Alors qu’il commençait tout juste à les exécuter, Kim III a déclaré, le 23 juin, les suspendre. Depuis, Pyongyang semble reprendre son souffle. Et Séoul s’est proposé de nouveau comme un facilitateur du dialogue, en concertation avec Washington pour retrouver un certain apaisement.


Cependant, la reprise du dialogue n’est pas gagnée d’avance. Les Etats-Unis exigent toujours que les négociations au niveau des groupes de travail progressent d’abord, avant de tenir un nouveau sommet. Dans cet esprit, Stephen Biegun a réclamé à la Corée du Nord un interlocuteur « habilité ». D’ailleurs, il a souligné qu’il n’avait sollicité aucune rencontre avec un responsable de Pyongyang en marge de son voyage à Séoul. Une manière de rétorquer à la vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Choe Son-hui, qui avait déclaré refuser le dialogue avec le pays de l’Oncle Sam peu avant son arrivée. Quant à Donald Trump, il a ajouté que l’Amérique n’était pas à la portée balistique nord-coréenne, une façon de dire qu’il n’est pas pressé. Toutefois, le numéro un américain a tellement besoin d’un tournant décisif afin de remporter sa réélection qu’il pourrait mettre en scène une belle surprise, à savoir un troisième tête-à-tête avec Kim Jong-un.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >