Aller au menu Aller à la page

A la loupe

Les nouvelles sanctions américaines contre Huawei risquent de pénaliser les entreprises sud-coréennes

#Gros plan sur l'actualité l 2020-09-12

Journal

ⓒYONHAP News

Le conflit commercial Pékin-Washington laisse planer une ombre sur le secteur sud-coréen des semi-conducteurs. En mai dernier, les Etats-Unis ont interdit les ventes sur leur sol des produits mis au point par le géant chinois des télécommunications, Huawei. Leur département d’Etat a décrété, le 17 août, un nouveau train de sanctions renforcées contre la marque au lotus rouge. Et ces mesures punitives vont entrer en vigueur dès le 15 septembre. Désormais, il s’agit d’interdire de vendre à l'équipementier des semi-conducteurs fabriqués en utilisant des technologies, des logiciels, du matériel et des équipements américains, sans approbation préalable de l’administration Trump. Ce dispositif frappe de facto tout le domaine et par ricochet, les fabricants se voient obligés de ne plus fournir la firme de l’empire du Milieu. Si jamais ils bravent l’interdit américain, ils risquent d’être exclus du marché mondial des semi-conducteurs, dominé par les Etats-Unis.


Les grandes entreprises du pays du Matin clair spécialisées dans ces produits ont déjà décidé d’arrêter leur livraison à Huawei à partir de mardi prochain. Deux géants, à savoir Samsung Electronics et SK Hynix, ont pris une telle initiative, alors que la firme chinoise constitue l’un des cinq clients majeurs du premier et le plus grand acheteur du second. L’an dernier, Samsung et SK ont réalisé respectivement 3,2 % et 11,4 % de leur chiffre d’affaires auprès de Huawei, ce qui représente en cumulé 10 000 milliards de wons, soit 7,3 milliards d’euros. Bref, s’ils se privent de l'équipementier chinois, cela portera un gros coup sur leurs résultats. Les fabricants d’écrans tels que Samsung Display et LG Displays devraient également subir un coup derrière la tête, car les puces électroniques font partie de la liste noire américaine. Ils ne pourront donc pas fournir impunément Huawei. Problème : leurs partenaires ou sous-traitants subiront, eux aussi, des dégâts importants. Par ailleurs, les Etats-Unis font pression sur LG Uplus, l’un des trois opérateurs sud-coréens de télécommunications, qui s’approvisionne en équipements de 5G auprès de la firme chinoise. Ils l’enjoignent à changer de fournisseur.


Samsung et SK auraient demandé une autorisation préalable aux autorités américaines pour continuer leurs transactions avec Huawei, mais il semble peu probable que Washington leur donne immédiatement son feu vert. De ce fait, les fabricants sud-coréens risquent de voir chuter leurs résultats d’exploitation au quatrième trimestre. Cependant, certains observateurs se montrent optimistes. Selon eux, cette situation ne devrait pas durer, au moins pour deux raisons. D’une part, d’autres entreprises chinoises que Huawei devraient combler le vide. Et d’autre part, les entreprises sud-coréennes avaient suffisamment de temps pour anticiper cette crise, c’est-à-dire chercher de nouveaux débouchés. Cela devrait compenser les pertes redoutées.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >