Aller au menu Aller à la page

A la loupe

Le service militaire alternatif débute pour les objecteurs de conscience

#Gros plan sur l'actualité l 2020-10-24

Journal

ⓒKBS News

Selon le ministère de la Justice, 106 objecteurs de conscience vont entamer leur service alternatif dans trois établissements pénitentiaires, dont celui de Mokpo, cette année (64 hommes en octobre et 42 le mois suivant), au lieu de servir normalement sous les drapeaux. Le dispositif sera déployé dès lundi prochain. C’est une première dans l’Histoire du pays du Matin clair.


L’objection de conscience était un sujet polémique de longue date. Les objecteurs refusaient d’entrer dans l’armée pour ne pas porter d’arme en raison de leur conviction personnelle, comme leur foi religieuse, même si cela leur valait une peine de prison. La plupart d’eux appartenaient aux « Témoins de Jéhovah ». Un tournant a eu lieu en juin 2018. La Cour constitutionnelle a jugé non conforme à la Constitution l’article 5 de la loi relative au service militaire, qui ne propose pas d’alternative pour ces objecteurs. Et l’Assemblée nationale a adopté, fin 2019, un projet de loi prévoyant la création du service alternatif.


Les objecteurs vont d’abord suivre une formation de trois semaines avant d’accomplir leur service civil communautaire durant 36 mois. Leurs tâches ont été déterminées sur deux principes. D’une part, elles ne devraient pas porter atteinte à la liberté de conscience et de religion. Par conséquent, le gouvernement a exclu les activités de sécurité et de surveillance. Ces agents auront pour mission les assistances logistiques, telles que la préparation de repas, la distribution de linge ou de colis pour les détenus, et la gestion des livres à la bibliothèque. Ils pourront assurer aussi le travail d’auxiliaire pour les incarcérés gravement malades ou handicapés, la prévention sanitaire ainsi que la propreté des lieux.


D’autre part, le service alternatif devrait garantir l’équité. Comme le service militaire reste obligatoire en Corée du Sud, tout jeune homme en bonne santé doit remplir ce devoir. Et tout soldat est soumis à un entraînement très dur et une vie contraignante loin du monde extérieur, sauf quelques sorties ou permissions. Donc, les autorités ont voulu exiger un travail qui ait la même intensité à tous les niveaux que le service militaire. Or, cela n’a pas été évident d’en trouver. Finalement, l’établissement pénitentiaire a été choisi pour les objecteurs de conscience, mais ce avec une durée deux fois plus longue que le service militaire, au nom de l’équité. Ces agents travailleront huit heures par jour, porteront un uniforme sans insigne de grade, et séjourneront dans une résidence à côté. Ils pourront utiliser leur téléphone portable après leur journée de service, sans oublier les sorties et les permissions. Leur salaire sera identique à celui des soldats actifs. Reste à savoir si le service alternatif sera élargi à d’autres domaines que les établissements pénitentiaires.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >