Aller au menu Aller à la page

A la loupe

Victoire de Biden : quels impacts économique et industriel sur la péninsule coréenne ?

#Gros plan sur l'actualité l 2020-11-14

Journal

ⓒKBS News

L’élection de Joe Biden à la présidence américaine se présente pour la Corée du Sud comme une belle opportunité autant qu’un défi à relever sur le plan économique.


Un grand changement s’annonce au niveau des échanges commerciaux. Le président sortant Donald Trump tenait à imposer l’unilatéralisme et faire pression vis-à-vis des pays partenaires selon son fameux slogan « l’Amérique d’abord ». Cela s’est traduit par la renégociation de l’accord de libre-échange Séoul-Washington et par les droits anti-dumping sur l’acier. Le cas le plus édifiant, c’est la guerre commerciale Washington-Pékin. A l’inverse, son successeur est partisan du multilatéralisme. L’administration Biden devrait favoriser les normes internationales du commerce tout en faisant passer en premier les intérêts du pays de l’Oncle Sam. Une telle ligne directrice offre des avantages grâce à sa prévisibilité. En même temps, elle peut peser lourd parce que l’exécutif pourrait relever les critères au profit de sa nation.


Tout d’abord, le conflit commercial sino-américain aura une retombée sur l’économie sud-coréenne. L’équipe du prochain locataire de la Maison blanche devrait maintenir la pression sur la Chine, tout en appliquant le principe du multilatéralisme. Dans ce cas, les frictions peuvent s’atténuer voire disparaître selon les domaines. Autrement dit, si Pékin accepte les normes internationales invoquées par Washington, le conflit sera plus facile à régler. Ce qui sera bénéfique pour Séoul, parce qu’il ne sera plus forcé de choisir son camp. Par contre, si les critères sont revus à la hausse en matière d’investissements ou d’environnement, cela représentera une plus grande charge à assurer pour la Corée du Sud. Ensuite, Joe Biden a fait savoir que sa nation pourrait rejoindre l’accord dit « Partenariat transpacifique » (TPP), abandonné par son prédécesseur, ce à condition que les critères soient renforcés concernant le certificat d’origine, l’environnement, les investissements, l’automobile et la sidérurgie. Ce serait une double peine pour la Corée du Sud. Elle risque de subir une plus forte pression sur ses exportations. Et elle sera poussée de nouveau à adhérer au TPP. Enfin, la prochaine administration a de fortes chances de renforcer les normes liées à l’écologie et au travail.


Ce changement aura des impacts différents sur l’industrie du pays du Matin clair selon les secteurs. Les droits de douane seront maintenus sur l’acier. Comme le président élu américain a promis d’investir 2 000 milliards de dollars dans les énergies propres au cours des quatre prochaines années, cela affectera l’industrie des plateformes pétrochimiques mais favorisera les activités écologiques telles que les nouvelles énergies renouvelables.


Les Etats-Unis tâcheront de réorganiser la chaîne d’approvisionnement mondiale. Et ce sera une épée à double tranchant. Le mauvais côté : la Corée du Sud risque de voir chuter ses échanges commerciaux avec la Chine. Le bon côté : ses entreprises pourraient combler le vide laissé par des entreprises chinoises. En témoignent les sanctions américaines contre le géant chinois des télécommunications Huawei.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >