Aller au menu Aller à la page
Go Top

A la loupe

Pyongyang procède à un tir d’essai de missile hypersonique

#Gros plan sur l'actualité l 2022-01-08

Journal

ⓒYONHAP News

L’état-major interarmées sud-coréen (JCS) a annoncé, mercredi, que la Corée du Nord avait tiré vers 8h10 un projectile, présumé être un missile balistique, depuis la province de Chagang, dans le nord-ouest du territoire, en direction de la mer de l’Est. Le lendemain, Pyongyang a affirmé avoir testé un missile hypersonique.


La KCNA, l’agence de presse officielle nord-coréenne, a rapporté que ce lancement a permis de reconfirmer le contrôle de navigation et la stabilité de l’engin en phase de vol actif. Selon lui, l’ogive hypersonique a démontré sa capacité à se déplacer de manière latérale sur 120 km après son détachement du lanceur pour frapper la cible avec précision. Une telle technique de mouvement latéral sert à éviter les missiles d’interception sol-air. D’après le média d’Etat, le test a prouvé aussi le bon fonctionnement du « système d’ampoule de carburant » dans des conditions météorologiques hivernales. Avec celui-ci, il n’est plus nécessaire de charger le missile en agent propulseur sur le site de lancement, comme c’est le cas pour le système classique à carburant liquide, et il est possible de lancer aussi rapidement des projectiles qu’avec le dispositif à carburant solide.


Les engins de type hypersonique volent cinq fois plus vite que la vitesse du son, et ils sont difficiles à intercepter avec le dispositif de défense antimissile actuel. D’où la course de nombreux pays au développement de cet arsenal. Pour la Corée du Nord, il s’agit du second test de ce nouveau type d’armes en trois mois. Le premier remonte au début du mois de septembre 2021. C’était un missile hypersonique de type Hwasong-8. Selon Pyongyang et les sources militaires sud-coréennes, le second aurait une portée de 700 km et une vitesse maximale supérieure à Mach 5, contre 200 km et Mach 3 pour le premier. Cela montre bien à quel point le royaume ermite a évolué dans sa capacité balistique.


Des réactions n’ont pas tardé à fleurir. Le gouvernement sud-coréen a convoqué en urgence une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC) pour répondre au dernier lancement au nord du 38e parallèle. Le NSC s’est dit d’autant plus préoccupé par le fait que ce dernier mouvement est intervenu au moment où il est crucial d’assurer la stabilité des circonstances nationales et internationales. Cependant, il n’a pas employé le mot « provocation ».


Quant au patron des Nations unies, Antonio Guterres, il a exhorté la Corée du Nord à renouer le dialogue diplomatique. Le département d’Etat américain a dénoncé, de son côté, le tir d’un missile balistique qui viole plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu et qui représente aussi une menace pour la région concernée et la communauté internationale. Et d’ajouter que Washington poursuivrait une approche diplomatique envers Pyongyang tout en l’appelant à réamorcer le dialogue.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >