Aller au menu Aller à la page
Go Top

A la loupe

Golden Globes 2022 : O Yeong-su, meilleur acteur dans un second rôle

#Gros plan sur l'actualité l 2022-01-15

Journal

ⓒYONHAP News

O Yeong-su de « Squid Game » a remporté, lundi, le prix du meilleur acteur dans un second rôle pour une série dramatique lors de la 79e cérémonie des Golden Globes 2022.


Avant lui, aucun sud-Coréen n’avait été nominé ni primé à cet événement pour la meilleure interprétation, toutes catégories confondues. Le comédien de 78 ans incarne Il-nam dans « Squid Game », la fameuse série sud-coréenne sur Netflix qui a eu un succès planétaire. Dans un jeu mortel dont un seul et dernier gagnant peut toucher un immense pactole, Il-nam est le plus âgé des participants tous très endettés et devient un « kkanbu » du héros Gi-hun, qui signifie un coéquipier avec qui on peut tout partager.


« Squid Game » a remporté trois nominations dans les catégories de la meilleure série dramatique et du meilleur acteur, en plus de celle triomphée par O Yeong-su. C’est inédit pour un feuilleton « Made in Korea » même si l’œuvre de Hwang Dong-hyuk n’a pas réussi à gagner les deux autres prix. Il a devancé ses grands rivaux comme Kieran Culkin de « Succession », Billy Crudup et Mark Duplass de « The Morning Show », et Brett Goldstein de « Ted Lasso ».


Né en 1944, O Yeong-su a étudié le théâtre et le cinéma à l’université Dongguk à Séoul. Il a passé 55 ans de sa carrière d’acteur principalement sur les planches, avec quelques apparitions sur les petit et grand écrans. Il a fait du théâtre sa raison d’être. Après le succès phénoménal de « Squid Game », il a préféré retourner à sa première passion. Ces jours-ci, il remonte sur scène pour jouer le rôle éponyme de la pièce « Freud’s Last Session » de l’auteur américain Mark Saint-Germain à Séoul.


Cette année, la cérémonie des Golden Globes a été boycottée par la majorité des stars hollywoodiennes suite à une vive polémique sur ces tendances racistes et sexistes, sans oublier une gestion opaque de ses ressources financières. Elle s’est déroulée sans public et n’a pas été diffusée en direct à la télé. Jusqu’à l’année dernière, tout film dont plus de 50 % des dialogues sont écrits dans des langues autres que l’anglais était éligible seulement pour la catégorie du « meilleur film en langue étrangère » aux Golden Globes. Ainsi, les films sud-coréens « Parasite » et « Minari » ne pouvaient concourir pour d’autres prix, réservés exclusivement aux œuvres anglophones.


C’est pourquoi, le triomphe d’O Yeong-su démontre bien la puissance de la k-culture et il réécrit également l’Histoire des Golden Globes, l’une des deux cérémonies de remise de prix les plus prestigieuses aux Etats-Unis.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >