Aller au menu Aller à la page

Vie pratique

100 ans du cinéma coréen : Yim Soon-rye

#Carte postale sonore l 2019-07-13

Entre nous

Nous allons clore notre série sur les 100 ans du cinéma coréen en présentant, non pas un réalisateur, mais une réalisatrice. Dans ce 5e et dernier volet dédié à cette célébration, il s’agit de Yim Soon-rye.

Elle est diplômée de littérature anglaise et de théâtre et film de l'université Hanyang depuis 1985. En 1992, elle passe un master en étude de film à l'université Paris-VIII, en France.


ⓒ YONHAP News

En 1994, Yim sort son premier court métrage, « Promenade in the Rain », pour lequel elle remporte le grand prix et le prix de la presse au 1er festival international du court métrage de Séoul. Les débuts sont donc prometteurs.

Son premier long métrage sort, lui, deux ans plus tard. Il s’agit de « Three Friends » qui remporte lui aussi une récompense, le prix NETPAC lors de la 6e cérémonie du Festival international du film de Busan (BIFF).

En 2004, une comédie musicale voit le jour, « Go! Waikiki Brothers! » adapté de son film « Waikiki Brothers » qui n’a pas forcément été un succès marketing avec une faible fréquentation des salles. Malgré tout, grâce à ce film, la réalisatrice remporte plusieurs prix dont celui du meilleur scénario lors de la 9e cérémonie des Chunsa Film Art Awards et celui du meilleur réalisateur pendant la 21e cérémonie des Korean Association of Film Critics Awards.



Son troisième long métrage, « Le meilleur moment de nos vies », sorti en 2008, est inspiré de l'histoire vraie de l'équipe de handball féminine sud-coréenne qui a remporté la médaille d'argent aux Jeux olympiques d'été de 2004. Cette œuvre lui a valu son plus gros succès. Pour cela, Yim Soon-rye remportera le titre de femme réalisatrice de l'année lors de la 9e cérémonie des Korean Film Awards.

La réalisatrice est également connue pour son amour des bêtes. Elle est militante des droits des animaux, et c’est avec cette ferveur qu’elle produit, en 2011, le film « Sorry, Thanks », dans lequel quatre réalisateurs observent la relation spéciale qu’ont les humains avec leurs animaux de compagnie. 



Trois ans plus tard, Yim réalise « Whistle Blower ». C’est encore un film inspiré de la vie réelle d’une personne, Hwang Woo-suk, professeur de biotechnologie de l'université nationale de Séoul. Ce professeur s’est rendu célèbre dans le monde entier en 2004 après avoir affirmé qu’il avait mené avec succès des expériences sur le clonage humain de cellules souches embryonnaires. 

Et enfin, en 2018, Yim réalise le film « Petite forêt », qui est une adaptation du manga japonais du même nom, dessiné par Daisuke Igarashi. C’est ce mois-ci seulement que le film a fait son apparition dans certaines salles obscures françaises.


Contenus recommandés