Aller au menu Aller à la page

Vie pratique

Les autoroutes sud-coréennes

#Carte postale sonore l 2019-09-21

Entre nous

ⓒ YONHAP News

Lors des grandes fêtes nationales, les routes sont prises d’assaut… Les routes, oui… mais surtout les autoroutes ! Le pays n’est pas très grand, mais il a la chance d’avoir une bonne couverture autoroutière avec une quarantaine d’autoroutes couvrant une distance de 4 766 km. Cela n’empêche pas les embouteillages de se former, à cause du trop-plein de véhicules au même moment ou à cause des ralentissements dus aux incivilités des conducteurs, provoquant ainsi des accidents et monopolisant des voies. 


ⓒ KBS

La première autoroute a été inaugurée en 1970 sous la dictature en place de Park Chung-hee, le père de la présidente déchue Park Geun-hye. Il s’agit de l’autoroute Gyeongbu reliant Séoul à Busan. Au pays du Matin clair, la vitesse maximale autorisée sur la plupart des autoroutes est de 110 km/h.

De nouvelles expressions entrent d’ailleurs dans le vocabulaire populaire lorsqu’il s’agit d’emprunter les autoroutes du pays alors que les bouchons sont déjà très importants. On parle de « Hell gate », voulant dire les portes de l’enfer, de « jeosokdoro », signifiant la route à basse vitesse, ou bien de « geodae juchajang », le parking géant, les voitures restant immobiles des heures ou n’avançant guère plus de quelques centaines de mètres par heure.


ⓒ YONHAP News

On a tous connu ces longues heures, bloqués sur les autoroutes… Heureusement, on peut trouver un peu de réconfort dans les nombreuses aires de repos. Vous pouvez vous y détendre en faisant des jeux, vous reposer sur des fauteuils de massage, vous restaurer en dégustant l’un des nombreux plats de différentes spécialités offertes. Les stands de gourmandises sont également nombreux pour manger sur le pouce si on ne se sent pas de faire un vrai repas. La superette est également parfaite pour s’acheter un petit stock de snacks et de boissons avant la reprise du long trajet.


ⓒ KBS

Les péages sud-coréens sont aussi très bien faits. Ils sont d’ailleurs gratuits lors des grandes fêtes nationales. Plusieurs voies sont disponibles : celles pour le paiement par carte ou espèces, voire même par carte de transport comme la T-Money, et les voies Hi-Pass, peintes d’une ligne bleue, qui est une carte magnétique prépayée pour les péages. Un petit boîtier installé dans la voiture est détecté à notre passage par la borne du péage, débitant ainsi le montant du trajet de notre carte, sans que nous n’ayons eu besoin de nous arrêter. On nous demande quand même de réduire notre allure à 30 km/h.


ⓒ KBS

Contenus recommandés