Aller au menu Aller à la page

Cinéma & dramas

Cho Jin-woong, encore et bis repetita

#Tout un cinéma l 2019-09-04

Séoul au jour le jour


Tous le monde l'a vu dans « Mademoiselle » de Park Chan-wook. Mais, l'acteur Cho Jin-woong était dans the « The Spy gone North », film à la renommée éphémère montré à Cannes en 2018, puis dans un remake faiblard d'un film de Johnny To : « Believer ». Mais le stakhanoviste Cho est insatiable car le voilà encostumé dans un film sorti à l’approche des vacances de Chuseok : « Jesters : The Game Changers ». Rappelons aussi que cet acteur est un vétéran des séries télévisées telles que « Signal », un gros succès local. Après son long passage dans des seconds rôles, le voici en tête d'affiche un peu partout : donc, attention, Cho devant !


* Une carrière lente

Si Cho Jin-woong est essentiellement connu pour sa prestation honorable dans « Mademoiselle » de Park Chan-wook, il figurait déjà dans « A Hard Day » de Kim Seung-heun en 2014, un petit film très vite devenu culte pour les amateurs de thrillers délirants. L’acteur se tire bien des situations loufoques comme dans ce film où il jouait un flic stressant. Le film était à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes cette même année 2014. Il est vrai que la stature de géant de Cho et son visage très dessiné à la limite de la caricature l'entrainait longtemps vers des rôles clichés. « Mademoiselle » lui a ouvert des horizons plus réalistes même s'il était encore encostumé et peinturluré pour correspondre à l'époque coloniale où se situe le film.


*Une acteur physique

Les « supporting characters », les seconds rôles ont souvent des bouilles et des carures typées pour simplifier leur reconnaissance par le public sans que le film n'aie à raconter trop de détails sur leur personnalité. Cho, a des yeux de merlan frit et une carrure de videur de club de Gangnam. C'était donc facile à s'afficher comme un cliché vivant. On lui donne finalement un premier rôle dans rôle historique d'homme fort, celui de Kim Chang-soo dans le film « A Man of Will ». L'échec du film n'empêche pas Cho de remettre le couvert dans « Bluebeard » et c'est vrai qu'il assume bien son rôle de barbe-bleue. Et là, il a une idée de génie : perdre du poids. Les portes seront plus faciles à passer pour le sémillant acteur.


*Le naturel revient au galop

En 2018, Cho joue dans « Believer » remake d'un film du vétéran hongkongais Jonnhy To. Cette fois, il mise sur le naturel de son jeu et de son apparence (fini les masques et autres costumes à franges). Et ça marche. Il montre qu'il peut être un vrai acteur de composition. Malheureusement le film approfondit peu son personnage et sera vite oublié même si les seconds rôles sont des voleurs de vedettes de renoms : Kim Joo-hyuk en énorme chef de gang psychopathe et Cha Seung-won, « special guest » et chef de gang des plus délirants et convaincants. Bref, pour Cho la compétition est rude au top niveau.


*Intimate Strangers et The Jesters

L'année 2018 se termine pourtant bien pour Cho car il trouve un vrai rôle réaliste dans le remake du film italien à succès « Intimate Strangers ». Cette histoire rétro de bande de copains quarantenaires qui se retrouve pour un repas qui va mal tourner permet à Cho de s'en donner à coeur-joie, loin de ses habituels rôles caricaturaux. D’ailleurs, il ne réapparaît presque plus dans les séries télévisées, usines à clichés. Pourtant, il se laisse embarquer dans un films à costumes pour 2019, « Jesters : The Game Changers  ». Et il retrouve ses personnages simplifiés et caricaturaux. Mais on l'annonce déjà dans deux autres films, espérons pour Cho qu'ils soient dans le registre réaliste.

Contenus recommandés