Aller au menu Aller à la page

Corée du Nord

L’évolution des relations Pyongyang-Tokyo sous l’ère Suga

#Dernières nouvelles de la péninsule l 2020-09-24

Trait d’union

ⓒ YONHAP News

Le nouveau Premier ministre japonais a fait part de son intention de rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un sans condition préalable, afin de résoudre la question des enlèvements de citoyens nippons par Pyongyang. Yoshihide Suga a tenu ces remarques le 2 septembre lors d'un point de presse, alors qu’il annonçait sa candidature pour remplacer Shinzo Abe à la tête de l’Etat. Le 16 septembre, pour sa première conférence de presse en tant que Premier ministre, il a de nouveau mis l’accent sur ce dossier, sans même mentionner les relations avec la Corée du Sud.


« Peu avant de prendre les rênes du Parti libéral démocrate (PLD), le parti au pouvoir du Japon, Suga aurait rencontré des responsables d'organisations liées aux victimes d'enlèvements par la Corée du Nord. A l'époque, il s’est déterminé à normaliser le dialogue avec Pyongyang de manière à aborder cette question épineuse. D’après lui, son intérêt pour ce dossier est aussi fort que son prédécesseur Shinzo Abe. Le nouveau chef du gouvernement s’est en effet engagé très tôt, en 2002, dans des activités ayant trait à ce problème », explique Oh Gyeong-seob, chercheur au sein de l'Institut coréen de réunification nationale.


Entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, Pyongyang a procédé à des enlèvements de citoyens nippons dans le but d’enseigner la langue japonaise à des espions communistes. La question des enlèvements a été rendue publique lorsque Kim Hyun-hui, une anciennne agente nord-coréenne responsable du bombardement en plein vol d'un avion de ligne sud-coréen en 1987, a révélé avoir appris le japonais en Corée du Nord par l’intermédiaire d’une victime de rapts.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >