Aller au menu Aller à la page
Go Top

Les Coréens célèbrent Seollal sous l’emprise du COVID-19

#Gros plan sur l'actualité l 2021-02-13

Journal

ⓒYONHAP News

L’épidémie de COVID-19 est loin de reculer au pays du Matin clair. Elle a joué les trouble-fêtes à l’occasion des fêtes de Seollal, le Nouvel an lunaire qui tombait vendredi.


Cette année, l’impératif sanitaire a primé sur la tradition. Le Nouvel an lunaire est synonyme d’importants flux de circulation de ceux qui rentrent dans leur région d’origine avant de regagner leur domicile habituel. Ainsi, il allait de même pour les habitants de la région métropolitaine de Séoul, où le coronavirus s’avère le plus actif. Le gouvernement a donc décidé de resserrer l’étau sanitaire afin d’empêcher la dispersion de la population. Selon le Siège central de lutte en cas de catastrophe et de sécurité (CDSCHQ), plus de 75 % des nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été enregistrés, du 4 au 10 février, dans la capitale et sa couronne. La région séoulite a désormais un taux de reproduction supérieur à 1. Cet indicateur permet d’estimer le nombre de personnes qu’un individu infecté peut contaminer à son tour. Il était tombé un moment dans la fourchette de 0,7 à 0,8 au niveau national, mais il est remonté à 1,04 dans la semaine du 31 janvier au 6 février. L’épidémie serait donc en recrudescence alors qu’elle semblait presque sous contrôle. Le pays est préoccupé notamment par deux nouveaux facteurs de risque : l’apparition de nouveaux clusters et la propagation de variants du virus.


Le gouvernement avait appelé les sud-Coréens à renoncer à se déplacer, sans y parvenir totalement. Toutefois, les citoyens se sont montrés plus prudents. Un bon nombre d’entre eux ont préféré rendre visite seul à leurs parents au lieu de se déplacer en famille, ce utilisant leur propre voiture et non les transports en commun. Ainsi, des embouteillages se sont formés sur les autoroutes du pays, même s’ils étaient moindres que lors des fêtes précédentes. Quant à ceux qui ont décidé de rester chez eux, ils ont compensé leur absence par l’envoi de cadeaux plus généreux que d’habitude, ce qui a boosté les ventes dans les grands magasins. Certains ont tenu à perpétuer la tradition même à distance, par exemple en rendant un culte aux ancêtres en visioconférence. Pour la table d’offrandes, le nouveau mot d’ordre était la simplification, ce qui s’est traduit par une forte hausse du chiffre d’affaires des plats prêts à consommer ou à cuisiner en petite quantité.


La crise du COVID-19 a fait entrer ces nouvelles habitudes dans les mœurs, dont la grande partie devrait rester une fois l’épidémie jugulée. En effet, elle n’a fait que renforcer le changement en cours de la société sud-coréenne où les pratiques liées aux grandes fêtes traditionnelles se perdent peu à peu avec le déclin du schéma familial classique de quatre membres au profit de l’émergence de ménages à une ou deux personnes. En ce qui concerne la lutte contre l’épidémie, la semaine prochaine sera cruciale pour savoir si la fête de Seollal aura été ou pas à l’origine d’un nouveau rebond.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >