Aller au menu Aller à la page

International

GSOMIA : Shinzo Abe fustige la décision de Séoul de mettre fin à l’accord militaire avec le Japon

Write: 2019-08-23 14:17:46Update: 2019-08-23 15:12:49

GSOMIA : Shinzo Abe fustige la décision de Séoul de mettre fin à l’accord militaire avec le Japon

Photo : YONHAP News

Au lendemain de la décision de Séoul de ne pas prolonger l’accord relatif au partage d’informations militaires (GSOMIA) avec le Japon, le Premier ministre nippon a regretté que la Corée du Sud poursuive dans une voie qui dégrade la confiance bilatérale.

Shinzo Abe a ajouté que son pays faisait néanmoins face à de tels agissements tout en prenant garde à ne pas affecter la coopération trilatérale avec Séoul et Washington, au regard de la situation sécuritaire en Asie du Nord-est. Dans la foulée, il a affirmé qu’il allait s’allier fermement avec les Etats-Unis afin d’assurer la paix et la stabilité de la région et de l’Archipel.

Le chef du gouvernement nippon a également organisé une réunion d’urgence dans sa résidence avant de s’envoler pour la France pour participer au sommet du G7 qui débute demain à Biarritz en France.

Même son de cloche chez les membres du Cabinet. Le ministre de la Défense Takeshi Iwaya s’est dit très déçu, en laissant entendre qu’il envisageait de demander au gouvernement sud-coréen de revenir sur cette décision pour faire face aux tirs de missiles de Pyongyang.

Le ministre de l’Economie et de l’Industrie Hiroshige Seko a affirmé que la situation actuelle ne serait pas affectée, en laissant supposer que le retrait de la Corée du Sud de la liste blanche des partenaires commerciaux privilégies du Japon serait mis en œuvre mercredi prochain comme prévu. Enfin, le ministre des Affaires étrangères Taro Kono a convoqué hier, tard dans la soirée, l’ambassadeur de la Corée du Sud à Tokyo en publiant un commentaire afin de protester contre la décision de Séoul.

Les médias japonais ont tous rapporté cette nouvelle à la une, en exprimant leur surprise et leur inquiétude. Le Tokyo Shimbun a déploré que cette mesure écarte les deux nations de la voie de la réconciliation. L'Asahi Shimbun s’est inquiétée que la brouillie entre les deux pays voisins fasse de l’ombre à l’environnement sécuritaire en Asie du Nord-est. De son côté, le Shankei Shimbun, à tendance d’extrême-droite, a critiqué un dispositif capable de « réjouir la Corée du Nord ».

Contenus recommandés