Aller au menu Aller à la page

Economie

Séoul et Tokyo tiendront leur 7e dialogue sur le contrôle des exportations mi-décembre

Write: 2019-12-06 11:24:42Update: 2019-12-06 17:26:25

Séoul et Tokyo tiendront leur 7e dialogue sur le contrôle des exportations mi-décembre

Photo : KBS News

La Corée du Sud et le Japon devraient organiser, le 16 décembre prochain à Tokyo, leur 7e dialogue sur le contrôle des exportations, le premier en deux ans. Une rencontre convenue lors d’une réunion préliminaire de rang directeur, qui s’est tenue avant-hier à Vienne en Autriche.

D'après le ministère sud-coréen de l’Industrie, du Commerce et de l’Energie, trois sujets seront abordés lors de ce rendez-vous : la mise au point sur le contrôle des technologies sensibles, une discussion du système de contrôle des exportations et de sa mise en œuvre, et une réflexion sur les futures mesures à prendre en la matière.

Séoul voudrait ainsi engager un débat sur « les raisons de sécurité » que Tokyo a invoquées pour justifier ses restrictions commerciales. Le ministère a déclaré que le prochain dialogue devrait contribuer à une meilleure compréhension réciproque sur le sujet. Autrement dit, il espère voir retirer les récentes mesures nippones sur les exportations à destination de la Corée du Sud.

Cependant, le discours du côté de l’archipel semble légèrement différent. Le ministre japonais de l’Economie et de l’Industrie, Kajiyama Hiroshi a ainsi déclaré, lors de sa dernière conférence de presse, que le prochain dialogue sur le contrôle des exportations sera l’occasion de pointer du doigt l’insuffisance du dispositif sud-coréen. Par ces propos, comprendre l’application du mécanisme dit « catch all », à savoir un système de contrôle des exportations d’armes conventionnelles.

Le rendez-vous de la semaine prochaine comporte malgré tout un bémol. En effet, même si les deux pays trouvent un terrain d’entente sur le plan commercial, cela n’aura que peu d’incidence sur le conflit politico-diplomatique qui fait rage actuellement, en particulier sur le cas de l’indemnisation des victimes de travail forcé par des entreprises nippones pendant la colonisation, pourtant validée par la Cour suprême sud-coréenne.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >