Aller au menu Aller à la page

Politique

Plus d’un sud-Coréen sur deux préfère une coexistence pacifique qu’une réunification avec le Nord

Write: 2020-06-26 11:31:44Update: 2020-06-26 13:17:46

Plus d’un sud-Coréen sur deux préfère une coexistence pacifique qu’une réunification avec le Nord

Les sud-Coréens sont de moins en moins nombreux à aspirer à la réunification de la péninsule. C’est ce qu'a révélé, hier, un sondage effectué du 20 mai au 10 juin par l’Institut de l’unification nationale de Corée (KINU).

Pour être plus précis, 55 % des interrogés estiment qu’il n’est pas nécessaire de réunifier les deux Corées si elles peuvent coexister pacifiquement sans se faire la guerre. Il s’agit d’une hausse de 12 points par rapport au chiffre enregistré lors de la première enquête menée en 2016. Seuls 26 % ont répondu préférer la réunification nationale, contre 37 % en 2016, soit une baisse de 11 points en quatre ans.

Plus les sondés sont jeunes, plus ils sont nombreux à miser sur la coexistence pacifique que sur la réunification. Chez les personnes âgées de 70 ans ou plus, 46 % étaient pour la première et 37 % pour la seconde. Chez les trentenaires, 56 % préfèrent la symbiose en paix, et 19 % la réunion. Pour les jeunes âgés de 29 ans ou moins, le premier chiffre s’envole à 63 %, tandis que le second dégringole à 18 %.

En cas de réunification, 40 % des interrogés privilégient un Etat fédéral, alors que 29 % préfèrent un Etat unitaire. 65 % des sondés estiment que la réunification des deux Corées sera bénéfique à l’Etat. Ils sont deux fois plus nombreux à penser qu’elle le sera pour eux-mêmes.

Par ailleurs, 61 % ont répondu ne pas s’intéresser à la Corée du Nord, contre 51 % en 2015. Les sud-Coréens sont plus méfiants vis-à-vis du leader nord-coréen cette année. En 2017, seulement 9 % des sondés faisaient confiance à Kim Jong-un. En avril 2019, soit l’année ayant suivi les trois sommets Séoul-Pyongyang, le taux a grimpé jusqu’à 34 %. Dernière escalade des tensions oblige, il est retombé à 16 % cette année.

Concernant l’alliance Séoul-Washington, 90 % estiment qu’elle est nécessaire. L’an dernier, la même réponse était plébiscitée à hauteur de 93 %. Et 85 % reconnaissent la nécessité du stationnement des GI’s en Corée du Sud, accusant une légère baisse en un an (91 %).

Cette étude a été menée auprès de 1 003 adultes. Son niveau de confiance est de 95 % avec une marge d'erreur de plus ou moins 3,1 points.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >