Aller au menu Aller à la page

Politique

COVID-19 : rapatriement des sud-Coréens en Irak la semaine prochaine

Write: 2020-07-17 10:37:40Update: 2020-07-17 14:08:57

COVID-19 : rapatriement des sud-Coréens en Irak la semaine prochaine

Photo : YONHAP News

Séoul lancera une opération d’évacuation en Irak, où l’épidémie du COVID-19 poursuit ses ravages avec plus de 2 000 nouveaux cas chaque jour.

Le Premier ministre a fait savoir que des avions spéciaux seront dépêchés la semaine prochaine, au plus tôt, afin que les expatriés sur place puissent regagner rapidement leur pays. C’est ce qu’a déclaré Chung Sye-kyun lors d’une nouvelle réunion, ce matin, de la cellule d’urgence chargée de lutter contre le nouveau coronavirus.

Une partie des travailleurs sont déjà rentrés dans le pays à bord de charters, mais il reste toujours quelque 800 personnes en Irak. Par ailleurs, un bon nombre de cas importés ces derniers jours ont été détectés parmi des salariés d’entreprises sud-coréennes du BTP opérant sur des chantiers de construction irakiens.

Chung a également souligné que l’Etat avait le devoir de protéger la sécurité et la santé de ses citoyens exposés au danger épidémique, qui travaillent pour l’intérêt du pays, loin de leur famille. Il a donc ordonné au ministère des Affaires étrangères et à celui des Transports d’assurer, sans faute, l’opération de rapatriement à tous les niveaux : transport, dépistage, quarantaine et soins. Cela en s’appuyant sur leurs expériences accumulées durant les évacuations de Wuhan, en Chine, et d’Italie.

D'autre part, le ministère des Affaires étrangères a annoncé la prolongation de six mois, jusqu’au 31 janvier 2021, de l’interdiction de voyager dans six pays, à savoir l’Irak, la Syrie, la Somalie, l’Afghanistan, le Yémen et la Lybie ainsi que dans certaines régions des Philippines. Il l’a justifié par le fait que l’instabilité politique, l’insécurité redoutable et le risque d’attentat devraient durer assez longtemps sur place. Tout sud-Coréen ne respectant pas cette interdiction est passible, au maximum, d’un an de prison et d’une amende de 10 millions de wons, soit 7 300 euros.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >