Aller au menu Aller à la page

Politique

Travail forcé : Séoul cherche à poursuivre ses efforts diplomatiques

Write: 2020-08-05 11:33:54Update: 2020-08-05 14:07:23

Travail forcé : Séoul cherche à poursuivre ses efforts diplomatiques

Photo : YONHAP News

La guerre de la mémoire entre la Corée du Sud et le Japon, son ancien colonisateur, continue.

Les procédures sud-coréennes en vue de saisir localement les avoirs de Nippon Steel & Sumitomo Metal Corp. (NSSM) sont closes depuis hier. Cette opération vise à dédommager quatre travailleurs sud-coréens employés pendant la Seconde guerre mondiale dans les usines de ce groupe japonais. NSSM a été sanctionné, rappelons-le, en 2018, par la Cour suprême sud-coréenne, à les indemniser. Refusant toujours ce verdict, la firme a annoncé hier envisager un « pourvoi immédiat » contre la décision de saisie de ses actifs.

A ce propos, le porte-parole du ministère sud-coréen des Affaires étrangères a tenu à souligner, une fois de plus, qu’il était important de trouver une solution à cette affaire par le dialogue, tout en affirmant que cette question ne relevait pas du pouvoir exécutif. Kim In-chul a tenu ces propos hier, lors d’un point de presse.

Questionné sur l’information publiée par les médias, selon laquelle en cas de vente des avoirs en question, Tokyo imposera de nouvelles mesures de représailles, le diplomate a répondu que Séoul scrutait avec une attention particulière l’évolution de la situation et se préparait à une telle possibilité.

Le porte-parole a par ailleurs affirmé que son ministère poursuivrait lui aussi ses efforts par voie diplomatique et a appelé l’administration Abe à faire preuve de sincérité sur ce dossier.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >