Aller au menu Aller à la page

International

Tokyo affirme pouvoir attaquer la Corée du Nord sans consentement de Séoul

Write: 2020-08-07 11:51:01Update: 2020-08-07 17:06:46

Tokyo affirme pouvoir attaquer la Corée du Nord sans consentement de Séoul

Photo : YONHAP News

Hier, cela faisait 75 ans jour pour jour qu’une bombe atomique s’est abattue sur Hiroshima. Mais loin de se repentir de la guerre d’invasion que son pays a perpétrée, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a manifesté sa volonté d’élaborer, le plus rapidement possible, une nouvelle stratégie sécuritaire.

Ce concept, proposé par le Parti libéral-démocrate, la formation au pouvoir, permet notamment à l’armée d’autodéfense nippone d’attaquer en premier les installations militaires ennemies, si celles-ci affichent des signes, entre autres, de tirs imminents de missiles. Or, cette stratégie n’est pas conforme à la Constitution de l’archipel interdisant à jamais l’exercice d’actions militaires.

Ce n’est pas tout. Le ministre japonais de la Défense a même prétendu que Tokyo n’avait pas besoin d’obtenir le consentement de Séoul avant d’attaquer la Corée du Nord. Le gouvernement nippon devrait annoncer, le mois prochain, de nouvelles directives balistiques en ce sens.

A cet égard, le ministère sud-coréen de la Défense ne l'entend pas de cette oreille. Selon lui, en cas d’urgence dans la péninsule, c’est l’alliance sud-coréano-américaine qui devrait maîtriser la situation. Et d’ajouter que la nouvelle position de l’administration Abe ne méritait donc pas de commentaire.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >