Aller au menu Aller à la page

Politique

Pétrolier saisi par l’Iran : la détention des marins sud-coréens risque de se prolonger

Write: 2021-01-15 13:40:34Update: 2021-01-15 16:10:26

Pétrolier saisi par l’Iran : la détention des marins sud-coréens risque de se prolonger

Photo : YONHAP News

La délégation gouvernementale de Séoul qui a conduit des négociations avec les autorités iraniennes sur la libération des marins du pétrolier « MT Hankuk-Chemi » est rentrée hier les mains vides. Parmi les 20 membres d’équipage détenus par la république islamique, cinq sont sud-Coréens.

Sur place, Téhéran s’est contenté de réaffirmer sa position selon laquelle le détournement du navire constitue une démarche technique face à la violation par ce dernier des lois sur l’environnement, et ce sans présenter de preuves à l'appui. Par ailleurs, les deux camps ne sont pas parvenus à aplanir leurs différends sur le gel des avoirs iraniens en Corée du Sud, censé être la véritable cause de cet arraisonnement.

Dans ce contexte, le gouvernement iranien a dévoilé unilatéralement un extrait du contenu des tractations, ce qui brouille encore davantage les perspectives de règlement de ce dossier dans un avenir proche.

En effet, le secrétaire général du président iranien a affirmé que Séoul avait proposé d’échanger les fonds gelés en question contre des ambulances, avant d’ajouter que ce dont son pays avait besoin était de l’argent, et non pas « quelques véhicules ».

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères n’a pas tardé à riposter en attribuant à l’Iran une telle proposition.

Sur fond d’inquiétude sur un éventuel prolongement de la détention des marins, le ministère n’a fait que répéter qu’il avait appelé à l’accélération du processus de leur libération auprès des autorités iraniennes.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >