Archives

Page d'accueil > Archives > Pourparlers à six > Réunion des chefs de négociation du 6e round

Réunion des chefs de négociation du 6e round

Grandes lignes

Grandes lignes
Lieu et place 18-20 juillet 2007, Pékin (Chine)
Représentants
  • Chung Yung-woo, représentant spécial pour la paix dans la péninsule coréenne et les questions de sécurité, ministère des Affaires étrangères
  • Kim Kye-gwan, vice-ministre des Affaires étrangères
  • Christopher Hill, assistant secrétaire d’Etat pour l’Asie de l’Est et le Pacifique
  • Wu Dawei, vice-ministre des Affaires étrangères
  • Kenichiro Sasae, directeur général du bureau des affaires asiatiques et océaniques, ministère des Affaires étrangères
  • Vladimir Rakhmanin, ambassadeur, ministère des Affaires étrangères

Résultats

La rencontre entre les négociateurs nucléaires en chef des six pays qui participent aux pourparlers nucléaires de Pékin a lieu en juillet 2007, dans la capitale chinoise. Elle survient quatre mois après la première session du 6ème round des pourparlers, suspendus le temps de régler le problème des avoirs nord-coréens gelés dans une banque de Macao, la Banco Delta Asia.

Au cours de cette rencontre, les négociateurs ont parlé de questions dont ils n’avaient pas pu discuter au cours du précédent rendez-vous, comme la mise hors-service des installations nucléaires nord-coréennes et la déclaration de l’ensemble de ses programmes et installations nucléaires. Ils reconfirment la nécessité de la mise en œuvre sincère de ces mesures, et des compensations accordées à la Corée du Nord (des aides économiques, humanitaires et énergétique équivalentes à 950 000 tonnes de pétrole brut) ainsi que, en général, du respect des obligations mutuelles des pays participants. Ils décident aussi de convoquer une réunion des groupes de travail avant la fin du mois d’août et de tenir la deuxième session des pourparlers officiels début septembre, suivie par une rencontre entre ministres des Affaires étrangères des six pays à une date prochaine.
A l’issue de la rencontre, les pays participants rendent public un communiqué de presse, et non pas une déclaration du président.

Accords

Les parties en présence réaffirment leur volonté d’appliquer les accords signés lors des rencontres précédentes. Ils déclarent aussi :

· vouloir appliquer de bonne foi la déclaration commune du 19 septembre 2005 et les accords du 13 février 2007 ;
· que la Corée du Nord remplira ses engagements de déclarer l’ensemble de ses programmes nucléaires et de mettre hors-service ses installations nucléaires ;
· que les autres parties lui fourniront, en compensation, des aides économiques, énergétiques et humanitaires équivalentes à 950 000 tonnes de pétrole.
· que toutes les parties en présences rempliront les engagements spécifiés lors de la déclaration commune du 19 septembre 2005 et des accords du 13 février 2007.

Mesures à mettre en œuvre pour appliquer les accords

· Avant la fin du mois d’août, les cinq groupes de travail (dénucléarisation de la péninsule coréenne, normalisation des relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, normalisation des relations entre la Corée du Nord et le Japon, coopération économique et énergétique et mécanisme de sécurité et de paix pour l’Asie du Nord-est) se rencontreront.
· La deuxième session des pourparlers à 6 pays de Pékin aura lieu début septembre. Elle examinera les résultats des rencontres des groupes de travail et établira une feuille de route pour les mettre en œuvre.
· Il faudra se mettre d’accord pour organiser une rencontre entre ministres des Affaires étrangères des six pays le plus tôt possible.

Communiqué de presse de la rencontre entre négociateurs en chef du 6ème round des pourparlers nucléaires de Pékin

Pékin, 20 juillet 2007

I. La rencontre entre négociateurs en chef du 6ème round des pourparlers nucléaires à six pays s’est tenue à Pékin du 18 au 20 juillet 2007. M. Wu Dawei, vice-ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine ; M. Kim Kye-gwan, vice-ministre des Affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) ; M. Kenichiro Sasae, directeur général du bureau des affaires asiatiques et océaniques, ministère des Affaires étrangères du Japon ; M. Chun Young-woo, représentant spécial pour la paix dans la péninsule coréenne et les questions de sécurité, ministère des Affaires étrangères de la République de Corée (Corée du Sud) ; M. Christopher Hill, assistant secrétaire d’Etat pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, département d’Etat des Etats-Unis ; et M. Vladimir Rakhmanin, ambassadeur, ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie ont assisté à la rencontre en tant que chefs de leurs délégations respectives. C’est le vice-ministre Wu Dawei qui en était le président.

II. Les parties en présence ont passé en revue le travail et les progrès réalisés depuis la première session du 6ème round des pourparlers nucléaires de Pékin. Ils ont exprimé leur satisfaction au vu des efforts réalisés par l’ensemble des pays participants pour faire progresser le processus des pourparlers à 6 pays, et ont salué le fait que des consultations bilatérales et des efforts coordonnés aient permis de renforcer leur confiance mutuelle et de consolider leurs relations.

III. En vue de parvenir à la dénucléarisation de la péninsule, à la normalisation des relations diplomatiques entre les pays concernés, et à la paix et à la stabilité en Asie du Nord-est, les six parties en présence ont tenu des discussions sincères et pratiques à propos du travail à accomplir au cours de la prochaine session et sont arrivés au consensus suivant :

1. Les parties en présence déclarent de nouveau qu’elles vont sincèrement chercher à remplir les engagements pris lors de la déclaration commune du 19 septembre 2005 et de l’accord du 13 février 2007.
2. La Corée du Nord a réaffirmé qu’elle allait sincèrement remplir ses engagements afin de rendre publique la déclaration de tous ses programmes nucléaires et installations nucléaires existantes.
3. Des aides économiques, énergétiques et humanitaires équivalentes à 950 000 tonnes de pétrole seront accordées à la Corée du Nord.
4. Les parties en présence entreprendront d’honorer leurs obligations respectives listées dans la déclaration commune du 19 septembre 2005 et l’accord du 13 février 2007 dans le respect du principe « action pour action ».

IV. Pour appliquer le consensus général mentionné ci-dessus, les parties en présence ont décidé de procéder comme suit :

1. Avant la fin du mois d’août, les groupes de travail pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne, la normalisation des relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, la normalisation des relations entre la Corée du Nord et le Japon, la coopération économique et énergétique et le mécanisme de sécurité et de paix pour l’Asie du Nord-est se réuniront pour discuter de l’application du consensus général.
2. Début septembre, les parties en présence tiendront à Pékin la deuxième session des pourparlers nucléaires à six pays pour écouter les rapports des groupes de travail et préparer une feuille de route pour l’application du consensus général.
3. Une rencontre ministérielle sera organisée à Pékin aussi vite que possible après la deuxième session des pourparlers à six pays, afin de confirmer et d’encourager l’application de la déclaration commune du 19 septembre 2005, de l’accord du 13 février 2007 et du consensus général, et d’examiner les voies et les moyens pour améliorer la coopération sur la sécurité en Asie du Nord-est.

Déroulement des discussions

  • Contexte
    Il aura fallu plus de temps que prévu pour que les négociateurs en chef se rencontrent, après que le 6ème round des pourparlers nucléaires de Pékin ait été suspendu, le 22 mars 2007, à cause du problème des comptes nord-coréens de la Banco Delta Asia. La dispute financière a éclaté quand la Corée du Nord a insisté pour récupérer 25 millions de dollars gelés dans cette banque de Macao, placée sur liste noire par les Etats-Unis pour cause de suspicions de blanchiment d’argent et d’autres activités illégales. La Corée du Nord et les Etats-Unis se sont finalement mis d’accord pour débloquer ces fonds, ce qui a permis la tenue du 6ème round des pourparlers nucléaires de Pékin.

    Mais au moment de la reprise des négociations, l’argent n’avait toujours pas été effectivement récupéré par la Corée du Nord, ce qui a entraîné le boycott des pourparlers par l’envoyé nord-coréen. En mars, ils se sont donc conclus par une suspension, en attendant le transfert effectif des fonds. En juillet, une fois cette histoire réglée, les envoyés nucléaires des six pays participants ont pu reprendre leurs travaux.
  • Série de discussions bilatérales entre Washington et Pyongyang
    La veille de la rencontre, les délégués nord-coréens et américains ont tenu une série de rencontres, alternativement dans leurs deux ambassades. A cette occasion, la Corée du Nord a déclaré qu’elle avait l’intention de démanteler ses programmes nucléaires en échange de « mesures correspondantes appropriées ». De son côté, Washington aurait annoncé qu’elle examinait les demandes de la Corée du Nord, à savoir le retrait du pays communiste de la liste américaine des pays soutenant le terrorisme, et la levée des sanctions liées à la loi sur le commerce avec l’ennemi. A condition d’enregistrer des progrès sur le dossier de la dénucléarisation.
  • Rencontre entre chefs négociateurs
    Les négociateurs en chef des six pays se rencontrent entre le 18 et le 20 juillet pour examiner l’état des pourparlers nucléaires et pour discuter en profondeur des moyens pour appliquer la 2ème phase des mesures de dénucléarisation fixées par l’accord du 13 février. Au cours de cette rencontre, ils essayent de coordonner leurs différents points de vue et de passer en revue les principales mesures à mettre en œuvre afin de poser les bases des négociations à venir.
  • Adoption d’un communiqué de presse
    Dans un premier temps, on a songé à adopter une déclaration du président mais, considérant la nature de la rencontre, distincte des pourparlers officiels, c’est finalement la forme d’un communiqué de presse qui est retenu.

Questions-clés et résultats

Les participants se sont concentrés sur l’application des accords passés et la reprise des pourparlers à venir plutôt que sur la recherche de nouvelles transactions.

  • Application de l’accord du 13 février
    La Corée du Nord clarifie son engagement de démanteler et de rendre publique la liste de ses programmes nucléaires ; les autres participants réaffirment le principe de mesures réciproques, comme la fourniture d’aides équivalentes à 950 000 tonnes de pétrole brut à la Corée du Nord.
  • Rencontres des groupes de travail
    Les négociateurs sont d’accord pour tenir les rencontres des groupes de travail avant la fin du mois d’août.
  • 2ème session des pourparlers à six pays de Pékin
    Sur la base des rencontres entre groupes de travail, elle doit avoir lieu au début du mois de septembre et s’attachera à établir une feuille de route définissant l’application de la 2ème étape des mesures de dénucléarisation.
  • Rencontre entre ministres des Affaires étrangères
    Les ministres des Affaires étrangères des six pays tiendront séparément et aussi rapidement que possible une réunion visant à faciliter l’application de la déclaration commune du 19 septembre et de l’accord du 13 février. Il s’agira aussi de chercher des moyens pour promouvoir la coopération sur la sécurité en Asie du Nord-est.

Evaluation

La reprise des pourparlers à six pays a traîné plus que prévu à cause de la querelle sur le transfert des fonds nord-coréens gelés sur les comptes de la Banco Delta Asia. Les négociateurs ont fait des progrès au cours de leur dernière rencontre en se mettant d’accord sur un calendrier pour le prochain round de discussions et en promettant d’organiser une rencontre au niveau ministériel. Il faut aussi noter que la Corée du Nord ne formule aucune nouvelle exigence qui pourrait entraver les négociations.