Archives

Page d'accueil > Archives > Sommet intercoréen > 2000

2000

Vers le premier sommet Corée du Sud-Corée du Nord

Vers le premier sommet Corée du Sud-Corée du Nord

Chronologie du premier sommet Nord-Sud

Avant 2000
Avant 2000
4 juillet 1972 Déclaration conjointe intercoréenne, suite à la visite-surprise à Pyongyang du directeur des services de renseignements sud-coréens, Lee Hu-rak. Cette déclaration donne lieu à un premier dialogue entre les autorités des deux Corées.
Juillet 1994 Une rencontre au sommet entre le président sud-coréen Kim Yong-sam et le leader nord-coréen Kim Il-sung est annulée en raison du décès subit de Kim Il-sung.
2000
2000
Mi-février Début des pourparlers entre les autorités sud et nord-coréennes
9 mars Le président sud-coréen Kim Dae-jung proclame depuis l’Allemagne une « Déclaration de Berlin » pour le rapprochement des deux Corées. Cette déclaration comprend quatre propositions qui s’inscrivent dans le cadre d’une politique de la main tendue vers le pays communiste : dialogue direct et coopération entre les autorités des deux Corées, fin de la guerre froide et instauration d’une véritable paix dans la péninsule coréenne, intensification des retrouvailles des familles séparées par frontière intercoréenne et échange de visites d’émissaires nord et sud-coréens.
17 mars Première rencontre entre l’émissaire sud-coréen Park Ji-won et le vice-président nord-coréen du Comité de la paix en Asie-Pacifique Song Ho-kyong, à Shanghai, en Chine
22 mars Deuxièmre rencontre entre Park Ji-won et Song Ho-kyong à Pékin
7 avril La Corée du Nord propose d’organiser des pourparlers intercoréens à Berlin. Ils se tiendront en fait finalement à Pyongyang.
8 avril Troisième rencontre entre Park Ji-won et Song Ho-kyong à Pékin Signature d’un accord sur la tenue du premier sommet intercoréen
10 avril Annonce officielle de ce sommet en Corée du Sud par le ministre de la Réunification Park Jae-kyu et le ministre de la Culture et du Tourisme Park Ji-won
13-15 juin Tenue du premier sommet Corée du Sud-Corée du Nord à Pyongyang

Bilan du premier sommet Corée du Sud-Corée du Nord

Le premier sommet intercoréen a été historique, car pour la première fois, les dirigeants des deux Corées se sont rencontrés : le président sud-coréen Kim Dae-jung et le leader nord-coréen Kim Jong-il. Il a donné lieu à ce qu’on appelle la « Déclaration conjointe Nord-Sud du 15 juin ». Cette déclaration englobe les points d’accord et les projets de coopération des deux Corées. Certains de ces projets ont porté leurs fruits alors que d’autres n’ont pas avancé, mais malgré de nombreux aléas, ce sommet a permis un début de rapprochement entre le Nord et le Sud.

Points d’accord

1. Les deux Corées doivent s’efforcer de parvenir par elle-même à la réunification, sans intervention extérieure.
2. Elles reconnaissent que sans être identiques, leurs approches pour arriver à la réunification sont compatibles. Séoul souhaite une confédération de deux Etats indépendants, sur le modèle de l’Union européenne. De son côté, Pyongyang veut un seul pays, mais qui comprendrait deux régimes autonomes, sur le modèle d’une fédération extrêmement lâche.
3. Elles manifestent leur volonté de résoudre les questions humanitaires en suspens (retrouvailles des familles séparées par la guerre de Corée et la frontière intercoréenne, et prisonniers politiques nord-coréens ou pro-Pyongyang de longue durée qui refusent de renier le communisme).
4. Elles souhaitent relancer les échanges économiques et instaurer des mesures de confiance.
5. Elles décident d’organiser des pourparlers intercoréens pour mettre en œuvre ces points d’accord.

Principaux résultats post-déclaration

Le premier sommet intercoréen a été historique, car pour la première fois, les dirigeants des deux Corées se sont rencontrés : le président sud-coréen Kim Dae-jung et le leader nord-coréen Kim Jong-il. Il a donné lieu à ce qu’on appelle la « Déclaration conjointe Nord-Sud du 15 juin ». Cette déclaration englobe les points d’accord et les projets de coopération des deux Corées. Certains de ces projets ont porté leurs fruits alors que d’autres n’ont pas avancé, mais malgré de nombreux aléas, ce sommet a permis un début de rapprochement entre le Nord et le Sud.

Points d’accord

1. Les deux Corées doivent s’efforcer de parvenir par elle-même à la réunification, sans intervention extérieure.
2. Elles reconnaissent que sans être identiques, leurs approches pour arriver à la réunification sont compatibles. Séoul souhaite une confédération de deux Etats indépendants, sur le modèle de l’Union européenne. De son côté, Pyongyang veut un seul pays, mais qui comprendrait deux régimes autonomes, sur le modèle d’une fédération extrêmement lâche.
3. Elles manifestent leur volonté de résoudre les questions humanitaires en suspens (retrouvailles des familles séparées par la guerre de Corée et la frontière intercoréenne, et prisonniers politiques nord-coréens ou pro-Pyongyang de longue durée qui refusent de renier le communisme).
4. Elles souhaitent relancer les échanges économiques et instaurer des mesures de confiance.
5. Elles décident d’organiser des pourparlers intercoréens pour mettre en œuvre ces points d’accord.

Principaux résultats post-déclaration
Dossier des familles séparées de part et d’autre de la frontière intercoréenne ㆍ Intensification des retrouvailles de familles, qui, malgré des interruptions, se poursuivent jusqu’à aujourd’hui
ㆍ Construction d’un centre de rencontre pour les familles
Projets de coopération économique Nord-Sud ㆍ Ouverture d’un parc industriel à Gaeseong, en Corée du Nord, où sont actuellement implantées 26 entreprises sud-coréennes
ㆍ Reconnexion des voies ferrées du Nord et du Sud le long des côtes est et ouest de la péninsule
ㆍ Aide sud-coréenne au développement de l’industrie légère du Nord, en échange du droit pour le Sud de participer à l’exploitation des ressources minières sud-coréennes
Pourparlers entre les autorités des deux Corées ㆍ Pourparlers ministériels intercoréens (21 éditions tenues régulièrement. La dernière en date a eu lieu en juin 2007)
ㆍ Comité de coopération économique Nord-Sud (Plusieurs projets économiques en cours ou en cours de discussion)
ㆍ Pourparlers militaires (Une série de rencontres de travail militaires et d’entrevues au niveau des généraux ont eu lieu. En revanche, il n’y a eu qu’une seule rencontre entre les ministres de la Défense des deux Corées. Dans l’ensemble, les pourparlers militaires ont toutefois fait peu de progrès)

En résumé

Le principal résultat de ce sommet est d’avoir permis de mettre fin à la guerre froide entre les deux Corées. Alors que les relations intercoréennes s’étaient longtemps limitées aux contacts entre les Croix-Rouges des deux Corées ou aux retrouvailles de familles, le sommet a permis de les élever au rang des relations officielles entre les deux gouvernements.

1. Signification historique et symbolique
Les leaders du Nord et du Sud se sont donné l’accolade, ce qui a permis de rompre avec l’image de confrontation et d’antagonisme qui dominait jusque-là.
2. Promotion de la confiance mutuelle
Les contacts continus, tant entre les autorités des deux Corées qu’au niveau privé, ouvrent la voie à la promotion de la compréhension mutuelle et de la confiance réciproque

La déclaration conjointe Nord-Sud(texte intégral)

En réponse aux nobles voeux du peuple coréen pour la réunification pacifique de la nation, le président de la République de Corée, Kim Dae-jung, et le président du Comité de la défense nationale de la République démocratique populaire de Corée, Kim Jong-il, se sont rencontrés au cours d’un sommet historique à Pyongyang, du 13 au 15 juin 2000.

Les dirigeants du Sud et du Nord ont jugé que cette rencontre et ce sommet, les premiers depuis la division du pays, étaient d’une grande importance pour promouvoir la compréhension mutuelle, développer les relations intercoréennes et arriver à une réunification pacifique. C’est dans cette optique qu’ils ont déclaré les points suivants:

1. Le Sud et le Nord sont convenus de résoudre le problème de la réunification par eux-mêmes, grâce aux efforts conjoints du peuple coréen, comptable du pays.

2. Le Sud et le Nord ont reconnu qu’il y avait des points communs entre la proposition faite par le Sud d’une confédération, et celle faite par le Nord d’une fédération lâche, pour parvenir à la réunification. Aussi sont-ils convenus d’œuvrer ensemble à la réunification dans cette direction.

3. Le Sud et le Nord sont convenus de résoudre dans les meilleurs délais les questions humanitaires en suspens, telles que celle des familles séparées, pour lesquelles ils organiseront des rencontres à l’occasion du 15 août, le Jour de la libération nationale, et celle des prisonniers politiques de longue durée qui refusent de renier le communisme.

4. Le Sud et le Nord sont convenus de promouvoir le développement équilibré de l’économie nationale par la coopération économique et de travailler à l’édification de la confiance mutuelle en établissant une coopération dans tous les domaines, et notamment social, culturel, sportif, médical et environnemental.

5. Le Sud et le Nord sont convenus d’établir dans les meilleurs délais un dialogue entre les autorités compétentes afin de mettre rapidement en œuvre les points d’accords mentionnés.

Le président Kim Dae-jung a cordialement invité le président du Comité de la défense nationale Kim Jong-il à visiter Séoul, et le président Kim Jong-il a accepté de s’y rendre à un moment approprié.

Le 15 juin 2000

Le président
de la République de Corée

Kim Dae-jung

Le président du Comité de la défense nationale
de la République démocratique populaire
de Corée

Kim Jong-il