Une visite symbolique Kim Jong-un à Samjiyeon, pour faire pression sur les Etats-Unis ㅣ La Corée du Nord à la loupe ㅣ KBS WORLD Radio

Dernières nouvelles

Une visite symbolique Kim Jong-un à Samjiyeon, pour faire pression sur les Etats-Unis

2019-12-05

© YONHAP News

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a inauguré en fanfare lundi une ville nouvelle immense, présentée par le régime comme une « utopie urbaine de socialisme ». Cette ville se situe dans le comté de Samjiyon, tout au nord du pays, à proximité de la frontière chinoise et au pied du célèbre mont Baekdu. Un volcan surnommé le « mont sacré de la révolution » par la propagande nordiste. Dans le passé, avant chaque annonce politique majeure, le leader nord-coréen avait pour habitude de se rendre sur cette montagne... cette nouvelle visite est donc loin d’être anodine. Alors que la date de l’ultimatum qu’il a lancé aux Etats-Unis pour trouver un compromis sur le nucléaire approche, les analystes s’interrogent sur la décision prise par Kim Jong-un.


« Je crois que Kim Jong-un s’est rendu dans cette région politiquement très symbolique pour envoyer un message aux Etats-Unis. Ce message est qu’il choisira une « nouvelle voie » si Washington refuse de faire de nouvelles conditions. C’est sur les pentes du mont Baekdu que son grand père Kim Il-sung, le fondateur du régime, aurait selon la propagande mené sa lutte et sa guérilla contre l’occupant colonial japonais ; en visitant cet endroit, Kim Jong-un montre qu’il a hérité de l’esprit combattif de son grand-père. Ce déplacement suggère donc qu’il pourrait bientôt se montrer plus agressif vis-à-vis de Washington. Sa visite à Samjiyeon lui a aussi permis d’observer l’achèvement des travaux de la ville nouvelle et de mettre en exergue l’importance de l’autosuffisance. Il veut donc renforcer la cohésion interne du pays. Je pense que le dirigeant nord-coréen pourrait adopter une ligne dure vis-à-vis des Etats-Unis, recourir à des menaces militaires contre la Corée du Sud si nécessaire, et promouvoir l’autarcie en matière d’économie », explique Shin Beom-chul, directeur du Centre pour la sécurité et la réunification à l’Institut Asan des études politiques. Analyse.

Dernières nouvelles