Infos

La Peninsule coréenne de A à Z

Trait d'union

Plaintes et pétitions en Corée du Nord

2021-11-11

ⓒ KBS

Pyongyang a promulgué la loi sur les pétitions en 1998, mais celle-ci n'avait rien de nouveau. En effet, la Constitution nord-coréenne de 1948 énonce que les citoyens ont le droit de soumettre des pétitions et de déposer des plaintes auprès des organes du pouvoir. Elle stipule également que tout individu peut porter plainte auprès d’une autorité gouvernementale en cas de transgression de la loi par un fonctionnaire et être indemnisé pour les pertes subies à la suite d'une violation de ses droits.


« Pendant les premières années de règne du fondateur Kim Il-sung, le pays avait grand besoin du soutien du peuple pour assurer la solidarité interne, et le système de pétition était alors considéré comme très important pour diriger la nation. Au cours de cette période, de nombreuses personnes accusées de collaboration ou d'espionnage pro-japonais ont été punies, souvent par suite de plaintes déposées par la population. Chaque dénonciation faisait immédiatement l'objet d'une enquête approfondie et d'une purge. Kim Il-sung utilisait ce système comme un moyen d'éliminer ses opposants et de renforcer son pouvoir. Il en a été de même pour son successeur Kim Jong-il », explique Hong Min, chercheur à l'Institut coréen pour la réunification nationale.


Le bilan du système de pétition de la Corée du Nord s’est pourtant révélé plus que mitigé. Outre la complexité des procédures, les pétitions ne produisent pas de résultats satisfaisants dans la plupart des cas. Par conséquent, peu de citoyens engagent de telles actions. 

Dernières nouvelles