Infos

La Peninsule coréenne de A à Z

Trait d'union

Le message de Nouvel an du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un

2019-01-03

© YONHAP News

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a donné le 1er janvier son discours désormais traditionnel de Nouvel an. A cette occasion, il a réaffirmé sa volonté de dénucléarisation complète de la péninsule et s’est dit prêt à un deuxième sommet avec le président américain Donald Trump « à tout moment ». Il a donné son allocution dans une pièce ressemblant à une bibliothèque, assis dans un lourd fauteuil de cuir, vêtu d’un costume à l’occidental... autant d’indices montrant que Kim continue à chercher à renvoyer l’image d’un homme d’Etat normal, responsable, et fréquentable. Il a parlé pendant 30 minutes. Quelles sont les implications de son message de nouvel an pour la diplomatie régionale et les négociations de dénucléarisation ? 


« Les deux tiers de son discours étaient adressés à la population nord-coréenne, avec un accès mis sur la nécessité de construire une économie autonome. En ce qui concerne les relations intercoréennes, Kim Jong-un a appelé à la reprise, sans condition préalable, des projets conjoints de la zone industrielle de Gaeseong et du parc touristique des Monts Geumgang. Il a aussi souligné l’importance de la paix dans les relations Nord-Sud. Dans un message adressé aux Etats-Unis, il a dit être prêt à s’assoir de nouveau face au président américain à tout moment et il a réaffirmé sa détermination à poursuivre la dénucléarisation. En bref, le dirigeant nord-coréen a répété sa volonté de dialogue et de paix dans ses relations avec Séoul et Washington. La Corée du Nord et les Etats-Unis devront résoudre leurs problèmes spécifiques à travers de futures négociations de haut niveau. En attendant, le jeune leader s’est abstenu de toute rhétorique belliciste, il n’a pas parlé de « bouton nucléaire » sur son bureau comme dans son discours l’année dernière. Je pense que l’ensemble représente un signal positif », explique Chung Dae-jin, de l’Institut pour la réunification à l’université de Ajou. Il nous offre son analyse.

Dernières nouvelles