La Corée du Nord d'aujourd'hui

Page d'accueil > La Corée du Nord d'aujourd'hui > Infos

Un colloque sur le mouvement de Gwangju au siège de l’Onu à New York

Journal2017-05-27
Un colloque sur le mouvement de Gwangju au siège de l’Onu à New York

Le mouvement de Gwangju du 18 mai 1980 pour la démocratisation est une histoire difficile à oublier pour les sud-Coréens. Soulèvement populaire des habitants de cette ville du sud-est du pays contre la dictature militaire de l’époque, celle de Chun Doo-hwan, la réponse de ce dernier avait été une répression sanglante.
 
37 ans après cette insurrection devenue combat symbolique pour la démocratie du pays, sa fondation commémorative se met à travailler pour partager le sens de ce sacrifice au niveau international. Pour cela, elle a choisi en premier le siège des Nations unies à New York. Un événement y a été organisé hier en présence d’une centaine de participants : universitaires, journalistes, diplomates, représentants de la communauté coréenne aux Etats-Unis et familles des victimes de la répression. Tous ont commencé par observer une minute de silence pour les morts. Puis, un documentaire sur le mouvement a été projeté avant un débat.
 
Le directeur de la fondation Kim Yang-rae a donné une signification particulière au choix du siège de l’Onu, qui selon lui, incarne la démocratie et les droits de l’Homme dans le monde entier. C’est donc une bonne occasion de pouvoir propager l’esprit du mouvement.  
 
Au cours du colloque d’hier, qui a duré environ deux heures et demie, le journaliste américain d’AP de l’époque Terry Anderson a fait état de ce qu’il avait vu lorsqu’il était allé couvrir les émeutes à Gwangju. Selon lui, au premier jour de son arrivée, innombrables cadavres jonchés le sol. D’autres participants ont eux soulevé la nécessité de faire toute la lumière sur le massacre ainsi que sur la raison pour laquelle les Etats-Unis ont fermé les yeux, et d’en sanctionner les responsables.
 
La fondation envisage de tenir une rencontre similaire l’année prochaine en Europe, en Afrique et aussi en Asie.

Dernières nouvelles