Dernières nouvelles

Page d'accueil > Dernières nouvelles > Infos

Pyongyang oppose une fin de non-recevoir à un dialogue sans condition proposé par Shinzo Abe

Journal2019-09-20
Pyongyang oppose une fin de non-recevoir à un dialogue sans condition proposé par Shinzo Abe

Selon la NHK, le Premier ministre japonais s’est déclaré prêt à « dialoguer sans condition » avec le leader nord-coréen, cela à l’occasion d’une rencontre organisée le 16 septembre avec les familles de ses ressortissants kidnappés par la Corée du Nord. Shinzo Abe avait affiché sa volonté de tenir un sommet avec Kim Jong-un, tout en précisant que le dernier sommet Pyongyang-Tokyo remonte au 17 septembre 2002.

Peu après, une délégation civile nippone s’est rendue à Pyongyang. Elle était composée d’une soixantaine de figures qui œuvrent pour promouvoir l’amitié des deux pays. Et elle était dirigée par Shingo Kanemaru, le fils de Shin Kanemaru, un ancien vice-Premier ministre qui avait rencontré en 1990 Kim Il-sung, le père fondateur de la Corée du Nord, afin de lancer les négociations pour établir les relations diplomatiques des deux pays. Shingo Kanemaru avait accompagné son père dans le cadre de cette mission. Depuis, il est devenu un canal de communication avec Pyongyang.

Cette dernière visite a donc attiré une attention particulière. La délégation a rencontré le 18 septembre Song Il-ho, l’officiel chargé des pourparlers pour la normalisation des relations avec le Japon. Le lendemain, Shingo Kanemaru, en escale à Pékin, avait rapporté aux médias la réaction de celui-ci. Song aurait dit que le Premier ministre nippon a tenu des propos « contradictoires », en ce que Shinzo Abe prétend souhaiter dialoguer sans condition avec Kim Jong-un, alors que la Corée du Nord sait déjà très bien ce que le Japon dira lors d’une éventuelle rencontre.

L’officiel nord-coréen aurait aussi souligné qu’il n’y a aucune concertation diplomatique entre Pyongyang et Tokyo. Et de préciser que son régime suit de très près la discrimination subie par ses ressortissants au Japon, avant d’ajouter qu’il faudrait régler avant tout les pommes de discorde liées au passé colonialiste avant de parler de normalisation des relations bilatérales.

[Photo : KBS News]

Dernières nouvelles