Aller au menu Aller à la page
Go Top

Salaire minimum : revalorisation de 5 % en 2023

#Gros plan sur l'actualité l 2022-08-13

Journal

ⓒYONHAP News

C’est désormais définitif. Au 1er janvier 2023, le salaire minimum passera de 9 160 wons actuels à 9 620 wons de l’heure, l’équivalent de 7,11 euros, en hausse de 5 % par rapport à celui de cette année. Il correspond à un revenu mensuel d’environ 2 010 580 wons, soit 1 480 euros, pour 209 heures de travail. Il est identique au montant que la Commission nationale du salaire minimum a adopté lors de sa dernière session plénière du 29 juin.


Le ministre de l’Emploi et du Travail a publié, le 5 août, une telle revalorisation du salaire minimum dans le Journal officiel électronique. Avant cela, il a effectué une notification préalable en la matière jusqu’au 8 juillet pour réceptionner d’éventuelles objections jusqu’au 18 juillet. Les premiers concernés ont tous protesté. Les syndicats ont estimé cette hausse dérisoire. Quant au patronat, il l’a jugée trop importante. Mais, le ministère a rejeté leurs réclamations. Selon lui, il fallait respecter le compromis que l’organe tripartite a trouvé en prenant en compte la situation économique, les emplois, la difficulté des travailleurs à bas salaire, celle des petits commerçants et industriels. Une précision. Jamais une objection n’est arrivée à faire réexaminer le dossier depuis l’introduction du dialogue social sur ce sujet.


Au cours des cinq dernières années, le smic horaire a connu de grandes fluctuations. D’abord, il a augmenté sensiblement de 16,4 % en 2018 et de 10,9 % l’année suivante pour s’approcher davantage de la promesse électorale de l’ancien président Moon Jae-in, à savoir 10 000 wons, soit environ 7,5 euros. Or, ces hausses brutales ont pesé lourd sur les petits commerçants et industriels ainsi que les PME. L’administration précédente a donc « levé le pied » pour se contenter d’une revalorisation de 2,9 % en 2020 et de 1,5 % en 2021. Ensuite, il est revenu à un taux jugé « raisonnable » de 5,1 % cette année. Enfin, l’actuel exécutif a opté aussi pour un accroissement modéré de 5 % pour 2023.


Cette revalorisation a provoqué des réactions mitigées. Pour certains, elle risque d’exacerber l’inflation déjà alarmante. Pour d’autres, elle pourrait s’avérer inférieure à la flambée des prix à la consommation, ce qui se traduirait par la baisse du salaire réel, c’est-à-dire celle du pouvoir d’achat.


Pour rappel, la Commission nationale du salaire minimum a rejeté le projet consistant à mettre en place différents salaires minimums en fonction des secteurs d’activités en préférant maintenir un seul et unique seuil de rémunération pour tous en 2023. Toutefois, elle a prévu de mener une étude sur une telle possibilité.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >