Aller au menu Aller à la page
Go Top

Culture

« La naissance d’un zoo » de Pyun Hye-young

#Lettres coréennes l 2022-03-22

Lettres coréennes

ⓒ Getty Images Bank

L’animal qui a disparu était un loup de Sibérie, pesant 47 kilogrammes et long de 120 centimètres avec une queue mesurant à elle seule 48 centimètres.


Ayant des jambes particulièrement robustes et longues, il montait souvent sur un rocher à faible hauteur et regardait au loin. Il était difficile de dire ce que ses yeux profonds de couleur jaune fauve voyaient. Il avait surtout un grand appétit. Il engouffrait deux poulets par repas, mais ce menu n’était pas suffisant pour assouvir sa faim. C’est pourquoi il rongeait toujours une branche d’arbre.



- Extrait de l’émission


Le loup s’avança lentement vers lui. Le fauve était éclairé par le clair de lune, ou par un lampadaire, ou encore par les phares des voitures au loin. Son corps brillait. Ses yeux bridés brun doré étaient fixés sur l’homme.


Quand leurs regards se croisèrent, quelque chose força l’homme à bouger. Mais ce n’était que dans sa tête. Rien ne se passa réellement. Seul l’alcool qui l’avait rempli jusqu’au sommet de sa tête s’évapora en un instant. Le loup passa à côté de l’être humain étourdi avant de disparaître tranquillement dans la pénombre, en direction du centre-ville.


L’homme resta là longtemps, essayant de suivre du regard la créature sauvage qui s’était déjà éclipsée dans les ténèbres.


늑대가 천천히 사내 쪽으로 걸어왔다.

달빛인지 가로등 불빛인지 먼 데서 오는 차들의 불빛인지

알 수 없는 빛이 늑대를 비추고 있었다.

늑대의 몸이 하얗게 빛났다.

치켜 올라간 황갈색 눈이 사내를 부드럽게 노려보았다.


늑대와 눈이 마주쳤을 때 무엇인가 사내를 서서히 움직였다.

생각이 그랬을 뿐 달라진 것은 아무것도 없었다.

다만 머리끝까지 차올랐던 알코올이 한순간 증발해 버렸다.

늑대는 우두커니 서 있는 사내를 지나쳐  천천히 도심 속으로 사라졌다.


사내는 이미 어둠 속으로 사라진 늑대를 눈으로 더듬으며

한참 동안 그대로 서 있었다.



# Interview : Jeon So-yeong, critique littéraire

Les humains peuvent penser qu’ils sont différents des animaux, mais ils sont tous pareils parce qu’ils vivent dans une société semblable à la jungle, dépourvue d’humanité. L’une des caractéristiques des histoires de Pyun Hye-young consiste à montrer le côté obscur de la société capitaliste à travers un moment ou une scène effrayante. De plus, elle utilise souvent des animaux pour générer cette peur. Ses œuvres illustrent que la distinction entre les humains et les animaux n’est pas si claire et que la vie des hommes n’est peut-être pas si différente de celle des créatures sauvages.



L’ancien tireur se dirigea vers l’ombre allongée et tira une fois de plus.


L’ombre gisant au sol se mit à tousser en se tordant de douleur. Du sang noir coulait sur l’asphalte et trempait les pieds de l’homme. Les balles avaient pénétré le corps de la silhouette noire. L’homme se rendit compte alors que ce qu’il voulait n’était pas la mort du loup.


La victime était l’homme qui descendait la colline à quatre pattes, vêtu de fourrure. Peut-être n’était-il pas cet homme-là. Après tout, il y avait beaucoup de gens portant des peaux d’animaux. Ils se ressemblaient tous car ils s’habillaient d’une fourrure d’apparence similaire.


왕년의 사격선수가 쓰러진 그림자에게 다가가 한 발 더 쏘았다.


바닥에 쓰러진 그림자가 몸을 쿨럭거리며 비틀었다.

시커먼 피가 아스팔트 위로 흘러내렸다.

발이 젖어왔다.

총알이 검은 그림자의 몸을 관통했다.

사내는 그제야 자신이 바라던 것이 늑대의 죽음이 아님을 깨달았다.


쓰러져 있는 것은 털가죽옷을 입고

네 발로 기어서 구릉을 내려가던 남자였다.

그 남자가 아닌지도 몰랐다.

거리에는 털가죽옷을 입은 사람이 아주 많았다.

비슷한 디자인의 털가죽 때문인지 그들은 모두 닮아 보였다.




Auteur : Pyun Hye-young (1972 –)

- Débuts littéraires : en 2000 en remportant le concours de jeunes talents littéraires organisé par le quotidien Séoul avec sa nouvelle « Essuyer la rosée ».

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >