Aller au menu Aller à la page
Go Top

A la loupe

La Corée du Sud enfermée dans un dôme de chaleur

#Gros plan sur l'actualité l 2021-07-24

Journal

ⓒYONHAP News

Une vague de chaleur s’abat sur le pays du Matin clair et l’alerte canicule est déclenchée partout. Cet été, la période de la mousson dite « jangma » était plus courte et moins forte que d’habitude, ce qui renforce la chaleur ressentie.


De l’avis des experts, il est encore prématuré de dire si la population devra subir une canicule plus forte que celle de 2018, qui s’est caractérisée par un dôme de chaleur et une stagnation persistante de l’air chaud. Tout dépendrait de la durée. Météo-Corée a relevé un changement de tendances. Avant le 20 juillet, l’air chaud s’est intensifié momentanément. Après cette date, le pays a été placé sous l’influence continuelle d’un immense anticyclone, ce qui fait prévoir une chaleur plus redoutable.


Le phénomène dit de « dôme de chaleur » consiste en de hautes pressions formées et bloquées à une altitude de 10 km, qui emprisonnent l’air chaud dans une bulle en hémisphère pour créer une forte fournaise. Lorsque le grand anticyclone du Pacifique Nord et la haute pression du Tibet, très chaude et sèche, concourent à former un dôme de chaleur, toute l’Asie du Nord, y compris la péninsule coréenne, est dominée par une vague de chaleur. Au fil des années, la situation a empiré. Par exemple, le nombre de jours de canicule était en moyenne de 10,1 entre 1973 et 2010, mais il est monté à 14 jours entre 2011 et 2020. Quant à celui des nuits tropicales, il était de 5,7 jours en moyenne au cours des 40 dernières années, alors qu’il a grimpé à 9 jours durant la dernière décennie. L’année 2018 a compté 31 jours de canicule, soit le record historique, et 16,6 nuits tropicales, soit le deuxième plus haut niveau.


Cet été, la canicule a déjà fait monter en flèche la consommation d’électricité, notamment dans la journée, à cause d’une utilisation simultanée des climatiseurs. Pour le moment, c’est tenable. Le taux de réserve d’électricité s’est établi mercredi à 7,6 % avec une capacité de 7 GW, alors que les autorités ont fixé à 5,5 GW le seuil d’un état normal d’approvisionnement. Toutefois, la situation n’est pas à l’abri. Il faudrait assurer plus de 10 GW et porter le taux de réserve au-delà de 10 % pour faire face à toute éventualité telle qu’une panne de générateur ou de fortes chaleurs anormales. Et le pays risque donc de décréter l’alerte de pénurie d’électricité, ce qui serait une première en huit ans. Afin de l’éviter, le gouvernement a décidé de faire tourner plus tôt que prévu trois réacteurs de centrales nucléaires dont le contrôle technique vient de s’achever.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >