Aller au menu Aller à la page
Go Top

A la loupe

La polémique enfle autour de la baisse de l’âge de scolarisation

#Gros plan sur l'actualité l 2022-08-06

Journal

ⓒYONHAP News

La ministre de l’Education Park Soon-ae s’est dite prête à abandonner le projet gouvernemental de baisser à cinq ans l’âge d’entrée à l’école primaire si elle n’obtient pas de consensus social en la matière. C’est ce qu’elle a exprimé mardi lors d’une réunion avec les représentants des associations de parents d’élèves.


Lors de cette rencontre, Park, qui est aussi la vice-Première ministre aux affaires sociales, a précisé que le projet avait pour objectif d’unifier « éduquer » et « garder » les enfants de sorte qu’ils grandissent en toute sécurité et que les parents aient moins de charges. Elle a souligné qu’une éventuelle réforme du système scolaire ne serait qu’un moyen pour y arriver. En même temps, elle a promis d’ouvrir un débat social qui a fait défaut et d’être plus à l’écoute de l’opinion publique « avec un esprit ouvert ». Et d’ajouter que le gouvernement pourrait renoncer à sa politique si les citoyens sont vraiment contre. Ainsi, la ministre de l’Education a tâché de calmer les esprits, seulement quatre jours après avoir annoncé son projet controversé sans consulter la population. Mais les représentants des parents d’élèves n’ont pas décoléré et ils ont demandé un retrait immédiat d’une telle initiative. D’ailleurs, certains réclameraient la démission de la ministre.


Plus précisément, le projet consiste à abaisser l’âge de scolarisation à cinq ans contre six en années révolues à partir de 2025. Une telle idée ne date pas d’hier. Elle a été lancée dans les années 1990. Mais aucun gouvernement jusque-là n’est pas parvenu à la concrétiser. L’exécutif actuel souligne que les enfants d’aujourd’hui ont un développement intellectuel tellement avancé qu’il est possible d’accélérer leur scolarisation. Selon lui, la baisse de l’âge d’entrée à l’école élémentaire permettrait de baisser celui d’entrée sur le marché du travail, et corollairement, celui de mariage et d’accouchement, alors que le pays du Matin clair souffre d’un vieillissement rapide de sa population. D’après le ministère, son projet pourrait garantir une éducation de qualité aux petits « au bon moment » et « sur un pied d’égalité », c’est-à-dire à un stade précoce de manière réduire l’écart des classes sociales.


Cependant, l’opinion publique se révèle défavorable à cette initiative. Les parents soulignent que l’intégration en primaire dès cinq ans est inappropriée compte tenu du niveau de développement cognitif et affectif des bambins. Ils craignent qu’elle entraîne plusieurs effets négatifs. Par exemple, que leurs enfants soient exposés plus tôt à une concurrence rude pour l’entrée à l’université et aux cours de soutien scolaire privé. Sans oublier les coûts économique et social non négligeables.


Cette nouvelle polémique risque d’aggraver l’impopularité de l’administration de Yoon Suk-yeol.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >