Aller au menu Aller à la page
Go Top

A la loupe

Danuri : la première sonde lunaire sud-coréenne lancée depuis la Floride

#Gros plan sur l'actualité l 2022-08-06

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Sud a réussi, vendredi matin, à lancer sa première sonde lunaire KPLO, plus couramment appelée « Danuri ». 


Danuri a quitté le 5 juillet l’Institut de recherche aérospatial de Corée (Kari) située à Daejeon, dans le centre du pays, pour rejoindre deux jours plus tard la base de Cap Canaveral en Floride, aux Etats-Unis. Les derniers préparatifs se sont déroulés sur place pendant un mois. Sur cette base américaine, Danuri s’est élevée du pas de tir à 8h08 vendredi matin, heure de Séoul, à bord de la fusée Falcon 9 de Space X. Le véhicule s’est séparé de la fusée 40 minutes après son décollage à une altitude de 1 656 km, et il est parvenu à entamer la trajectoire programmée avant d’établir sa communication avec la station au sol vers 9h40. Si Danuri réussit à entrer en orbite lunaire à la fin de cette année, la Corée du Sud s’imposera comme le septième pays à avoir réussi un tel pari, ce après la Russie, les Etats-Unis, le Japon, l’UE, la Chine et l’Inde. 


Le nom « Danuri » est la contraction de deux mots : « dal » signifiant « Lune » et « nuri », « jouir ». Une façon de souhaiter que la sonde jouisse pleinement de la Lune et qu’elle accomplisse sa mission avec succès. 


Danuri est composé d’un orbiteur, mis au point par la Kari, et de six charges utiles dont cinq sont développées par des universités et des instituts de recherche sud-coréens. La première sonde sud-coréenne testera un nouveau système de communications spatiales en réseau résistant aux perturbations (DTNPL), soit une première mondiale. Grâce à une caméra polarimétrique à champ large (PolCam), elle pourra cartographier la surface de la Lune. Et elle utilisera un spectromètre à rayons gamma (KGRS) pour effectuer l’analyse géologique et détecter des ressources naturelles. Sans oublier un magnétomètre (KMAG) et un imageur de terrain lunaire (LUTI). 


Par ailleurs, elle embarque aussi une caméra ultrasensible (ShadowCam), de précision d’environ 1,7 m, fournie par l’Agence spatiale américaine (NASA). Cet instrument servira à enregistrer des images des régions de la Lune situées en permanence dans l’ombre et à identifier des sites d’alunissage pour de futures missions. Une telle collaboration a pu s’établir parce que la Corée du Sud a rejoint le programme international baptisé « Artemis » initié par les Etats-Unis consistant à envoyer de nouveau des humains sur la Lune. 


Pour rappel, le pays du Matin clair a réussi son deuxième lancement de la première fusée spatiale de conception nationale baptisée « Nuri » en juin dernier. Avec celui de Danuri, il pourra consolider son statut international en tant que nouvelle puissance spatiale.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >