Aller au menu Aller à la page
Go Top

Cinéma & dramas

Ye Ji-won : star glamour

#Tout un cinéma l 2021-06-16

Séoul au jour le jour

ⓒYONHAP News

L'actrice Ye Ji-won est au casting du nouveau film Hong Sang-soo, « Introduction ». Ye n'en est pas à son premier tournage avec ce réalisateur qui lui a confié ses meilleurs rôles. Représentant un glamour rare dans le cinéma et la télévision sud-coréens, l'actrice a un parcours des plus intéressants, un parcours qui est loin d'être terminé comme nous allons le voir.


* Des débuts sous de bons auspices

Ye Ji-won est très discrète sur sa vie privée. On la sait militante anti-mariage, elle qui est une célibataire invétérée (même s'il elle joue parfois des femmes mariées : comme quoi, les rôles de composition sont les meilleurs). Cette dernière est diplômée de danse traditionnelle coréenne, avant de faire des études d'Art à Séoul. Cela explique parfois ses rôles comme chez Hong Sang-soo dans « The Turning Gate » mais aussi ses qualités physiques générales qui ont fait d'elle une star sexy du cinéma local. Elle apparaît aussi souvent dans les shows télévisés consacrés au sport, aux régimes alimentaires ou à la mise en forme du corps. La svelte actrice au regard sexy et arrogant fait aussi souvent la une des magazines photos. Bref, les atouts sont de son côté dès le début de sa carrière.


*Egérie de Hong Sang-soo

Avant que le cinéaste Hong Sang-soo ne découvre Kim Min-hee, Ye Ji-won a peut-être été son égérie. Il la rencontre alors qu'elle vient de tourner dans le remake du célèbre film érotique de Lee Doo-yong « Mulberry » en 1996. Et elle enchaîne en 2000 avec le film « Anarchists » de Yoo Young-sik. Elle incarne l'anarchiste japonaise Kaneko Fumiko dans cette première tentative bancale de co-production avec la Chine. Park Chan-wook est quand même au scénario. Qu'à cela ne tienne, Hong lui donne une rôle majeur dans « The Turning Gate » en 2002. Ye interprète une danseuse sexy et très libre de son corps. Cette fois, la carrière de l'actrice est bien lancée. Mais elle piétine très vite. De cette période, on ne peut retenir que la comédie « So Cute » en 2004, dans lequel elle joue une femme sexy entourée de quatre hommes dont le réalisateur star Jang Sun-woo.


*Télévision et taekwondo

Ces débuts, finalement, laborieux, sont aussi liés aux apparitions de Ye Ji-won dans les soap télévisés dès l'année 2000. En 2004, elle obtient un succès populaire sur le petit écran avec « Old Miss Diary » de la KBS, qui deviendra d'ailleurs aussi un film. L'actrice stakhanoviste va parfois jusqu'à jouer dans quatre séries par an, risquant ainsi d'user son image et de perdre ses qualités d'actrice. C'est encore Hong Sang-soo qui tente de la remettre dans le bain de projets plus sérieux et artistiques. Elle est donc au casting du film « Hahaha » en 2010. Hong est dans sa période des comédies légères. Ye Ji-won joue, comme à son habitude, la petite-amie sexy de l'acteur Yoo Jun-sang. Le film n'est pas le plus connu du réalisateur, il fait pas vraiment la tournée des festivals comme ses précédents. Mais qu'à cela ne tienne, l'actrice semble reprendre le cinéma par les cornes et se retrouve au casting de « Hanji » du vétéran cinéaste Im Kwon-taek en 2011. Las, là encore, le film n'est pas le plus connu ni le plus réussi de son réalisateur.


Du coup, l'actrice retourne à ses racines de sportives et se retrouve au casting d'une improbable co-production coréano-thailandaise «The  Kick » en 2011. Ye Ji-won y excelle en experte de taekwondo. Malheureusement, le film est un flop total sauf, peut-être, sur le marché noir des cassettes vidéo thaïlandaises. L'actrice se console donc avec des sitcoms comme « Dating Agency Cyrano », un succès populaire de 2013 et une ribambelles d'autres entre 2014 et 2018.


*Nobody's Ye-won et Should we Kiss First

Finalement, c'est encore Hong Sang-soo qui lui donne un rôle de valeur au cinéma. Ye Ji-won est dans « Nobody's Daughter Haewon » en 2013. Mais déjà, elle n'est plus dans les favorites du cinéastes. Ce sera encore le cas l'année suivante dans « Our Sun-hi ». Hong ne lui donne qu'un petit rôle. En 2015, la carrière cinématographique de l'actrice semble au plus mal ; par contre, elle obtient un succès populaire à la télé avec le sitcom « Sould We Kiss Firt ». Alors âgée de 45 ans, notre star commence à être transférée sur des rôles d'ajuma en mal d'amour. Conciliante, elle enchaîne avec les tv-dramas jusqu'à « DoDoSolSolLaLaSol » en 2020. Et c'est donc, encore une fois, Hong Sang-soo qui la sort de sa routine du petit écran pour le film « Introduction ». Gageons que ce n'est pas la dernière fois.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >