Aller au menu Aller à la page
Go Top

L’OCDE relève ses prévisions de croissance sud-coréenne pour 2021 et 2022

#Gros plan sur l'actualité l 2021-09-25

Journal

ⓒGetty Images Bank

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié, mardi, un rapport intermédiaire de ses « Perspectives économiques ». Dans ce texte, elle estime que la Corée du Sud devrait enregistrer cette année un rebond de 4 % de son PIB, soit 0,2 point de plus qu’attendu en mai. Compte tenu de la situation inflationniste mondiale, elle a relevé à 2,2 % sa prévision pour la hausse des prix à la consommation dans le pays, soit 0,4 point de plus que l’estimation de mai.


Ainsi, le pays du Matin clair voit les projections des principales institutions domestiques ou étrangères pour sa croissance en 2021 converger vers 4 %. Le chiffre mis à jour par l’OCDE reste certes inférieur aux prévisions avancées par le Fonds monétaire international (FMI) et le gouvernement sud-coréen, à savoir 4,3 % et 4,2 % respectivement. Mais il est identique à celles de la Banque de Corée (BOK) et de la Banque asiatique de développement (ADB). Par ailleurs, l’OCDE a revu à la hausse sa prévision de croissance sud-coréenne pour 2022, à savoir 2,9 %, soit 0,1 point de plus qu’auparavant. Elle a relevé ses pronostics pour cette année et l’an prochain à la fois pour seulement quatre pays parmi les membres du G20. Il s’agit, en plus de la Corée du Sud, de l’Argentine, du Mexique et de l’Espagne.


Au niveau mondial, l’OCDE prévoit une croissance possible de 5,7 % cette année et de 4,5 % en 2022, soit, respectivement, un recul de 0,1 point, et 0,1 point de plus pour les deux estimations par rapport au printemps. Selon les nations, elle a revu à la baisse ses projections de croissance cette année pour le G20 (6,1 %), les Etats-Unis (6,0 %) et le Japon (2,5 %). Par contre, elle les a relevées pour la zone euro (5,3 %), la France (6,3 %) et l’Italie (5,9 %), tandis qu’elle a maintenu le statu quo pour la Chine (8,5 %). Selon l’OCDE, grâce au vigoureux soutien des pouvoirs publics et à la vaccination anti-COVID dans chaque pays, « la reprise se poursuit mais la dynamique s’essouffle ». L’organisation basée à Paris a fait remarquer la propagation rapide du variant Delta dont l’impact économique est différent d’un pays à l’autre en raison de la forte disparité des taux de vaccination. Elle a préconisé de maintenir les politiques macroéconomiques accommodantes, de faire preuve de la flexibilité pour les politiques budgétaires en évitant tout retrait brutal et prématuré du soutien public tant que les perspectives à court terme restent incertaines.


Le vice-Premier ministre sud-Coréen à l’économie Hong Nam-ki s’est félicité d’une telle révision par l’OCDE. Selon lui, cet optimisme s’explique par la performance des exportations des produits made-in-Korea et par les effets de l’action publique telle que la lutte efficace contre le COVID-19 et le deuxième additif au budget 2021. En conséquence, le gouvernement sud-coréen a affiché l’intention de stabiliser la situation sanitaire, de garder le cap de sa politique budgétaire expansionniste et de stabiliser l’inflation qui risque de rendre plus difficile la vie de la population.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >