Aller au menu Aller à la page
Go Top

Culture

« Puis-je emprunter un parapluie ? » de Hwang Hyun-jin

#Lettres coréennes l 2021-04-13

Lettres coréennes

ⓒ Getty Images Bank

Extrait de l’émission :


Ils l’ont emmenée dans un petit bureau de la boutique et lui ont montré à maintes reprises les images de vidéosurveillance. La femme sur l’écran noir et blanc – et c’était bien elle – avait l’allure d’une véritable voleuse. C’était comme si elle parlait à sa mère au téléphone tout en surveillant nerveusement les réactions des gens. 

« Vous devez payer 20 fois le prix si vous êtes surpris en train de voler. » 

L’un des employés a calculé avec une grande dextérité le prix des vêtements prétendument volés.


그들은 그녀를 좁은 사무실로 데려가

CCTV영상만을 반복 재생해서 보여주었다.

흑백 화면 속 그녀는 영락없는 도둑이었다.

엄마와 통화중인 그녀의 모습은

주변 사람들의 눈치를 불안하게 살피는 것처럼 보였다.

‘훔치다 적발시 20배 보상’

남자직원은 능숙한 손놀림으로 계산기를 두드리며

그녀가 훔친 옷들의 값을 더했다.



* Interview : Jeon So-yeong, critique littéraire

Cette jeune femme vit seule à Séoul dans une situation difficile, qui ne lui permet même pas de s’acheter des vêtements soldés. Elle finit par être accusée injustement de vol. Même si les employés de la boutique n’ont pas de preuves suffisantes, elle ne trouve pas les mots pour se défendre. Et cette scène nous révèle la limite de sa carte de crédit et le montant d’argent restant sur son compte. L’auteure aurait pu expliquer la difficulté financière de la jeune femme, mais décide de montrer sa situation à travers cet épisode dans le magasin de vêtements.



La grande fenêtre était remplie du ciel gris foncé. Elle avait atrocement mal à la tête.

« Ce n’est pas ma tête qui me fait mal, c’est moi qui deviens bizarre. C’est pourquoi j’ai signé la promesse écrite avant de leur donner ma carte bleue », s’est-elle dit.

Un numéro inconnu s’est affiché sur son téléphone mobile. L’homme à l’autre bout du fil lui a demandé à plusieurs reprises de s’identifier. C’est ainsi qu’elle a compris que c’était l’employé qui l’avait menacée et interrogée la veille à la boutique. 

« Je vous ai dit de régler le reste de la somme aujourd’hui. » 

De nombreuses pensées ont traversé son esprit, mais elle n’a rien pu dire à cause de sa mère qui l’écoutait probablement de l’autre côté de la porte. L’employé du magasin n’a pas hésité à avoir des mots durs à son encontre. 

Elle a raccroché sans plus l’écouter. Puis elle a tiré la chasse d’eau.


커다란 유리창에 거무튀튀한 하늘이 가득 비쳤다.

머리가 깨질 듯 아팠다.


“아픈게 아니라 나빠지고 있는 거야. 그러니 각서에 서명을 하고 순순히 신용카드를 내어준 거지”


모르는 번호로 전화벨이 울렸다. 

상대가 그녀의 이름을 물으며 본인이 맞는지 거듭 물었다.

어제 의류매장에서 그녀를 협박하고 추궁하던 직원이었다.


“분명히 오늘 중으로 해결해야 한다고 말했을텐데요”


많은 말들이 머릿속을 스쳐 지나갔지만

문밖에서 귀를 세우고 있을 엄마 때문에 아무말도 할 수 없었다.

수화기 너머 직원은 그녀를 나무라면서

비난하는 말을 줄줄 이어갔다.


그녀는 더 듣지 않고 전화를 끊고 변기의 레버를 눌러 물을 내렸다.




Auteur :

Hwang Hyun-jun est née en 1979 à Seosan dans la province de Chungcheong du Sud. Elle fait ses débuts littéraires en 2011 en remportant le prix Munhakdongne avec son roman « Je n’ai pas mal à en mourir ».

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >