Aller au menu Aller à la page
Go Top

Cinéma & dramas

Le cinéma sud-coréen à Cannes 2021

#Tout un cinéma l 2021-06-30

Séoul au jour le jour


Cette année, c'est l'acteur Song Kang-ho qui fait office de sélection officielle à lui seul en étant jury de Cannes 2021. On se souvient des mésaventures du film de Im Sang-soo « Heaven : to the Land of Happiness » qui avait été sélectionné en compétition officielle en 2020. Tout comme son sujet et le festival, le film était resté dans les limbes du virtuel, pour beaucoup. Mais heureusement, d'autres sections existent, et ce sera Cannes Premières pour « In Front of your Face » de Hong Sang-soo et les projections spéciales pour « Emergency Declaration » de Han Jae-rim.


ⓒYONHAP News

* In Front of your Face

Le cinéaste Hong Sang-soo est un habitué de la Croisette. Bien qu'il lui fasse de temps à autres des infidélités comme lorsque, trois mois plus tôt, il présentait son film « Introduction » au Festival de Berlin. Il en est revenu avec le prix du scénario. Mais Cannes lui pardonne car « Introduction » était lié à l'Allemagne. Thierry Frémaux, lors de son annonce des films de Cannes, a bien expliqué que Hong sortait de l'ordinaire par l'économie qu'il a réussi à mettre en place et qui lui permet de tourner des films presque sans discontinuer (un peu comme Woody Allen à une certaine époque). Né dans le business du cinéma, il avait de quoi se préparer à la situation. Le fait qu'il soit professeur à l'université et qu'il puisse mêler enseignement et tournage professionnel joue aussi beaucoup dans ses derniers films. Enfin, il faut noter que dans « In Front of My Face », Hong est presque à tous les postes : producteur, réalisateur, scénariste, caméraman, monteur, musicien ; il a même sorti sa maîtresse l'actrice Kim Min-hee du casting, peut-être pour annoncer une nouvelle époque, après celle dédiée aux illuminations spirituelles de sa compagne. Car comme le dit dit encore le bucolique Frémaux, les films de Hong sont minimalistes et personnels. « Introduction » à Berlin semblait avoir touché le fond de cet aspect, peut-être que « In Front of My face » contredira Frémaux et annoncera une nouvelle période créative pour Hong.



*Emergency Declaration

Les projections en plein air, le soir, sont une particularité des films sud-coréens à Cannes. Le fondateur de l'expérience est probablement « A Bittersweet Life » de Kim Jee-won qui remporta un gros succès populaire sur les plages cannoises. Depuis, chaque année, les monopoles CJ Entertainment ou Showbox placent un de leurs blockbusters sur les écrans géants des soirées estivales. Cette année ce sera « Emergency Declaration » de Han Jae-rim. En fait, prévu pour 2019, ce blockbuster d'action autour d'une catastrophe aérienne, a été plusieurs stoppé en cours de tournage à cause de la pandémie. Le pauvre Han (qui est aussi co-producteur) a vu son film plusieurs fois en plein crash comme son avion. Mais la pandémie lui a aussi permis d'avoir des stars disponibles comme Song Kang-ho, Jeon Do-yeon et Lee Byung-hun. En particulier, Han Jae-rim est très proche de Song Kang-ho avec qui il a déjà tourné « The Show Must Go On » et « The Face Reader ». A n'en pas douter, « Emergency Declaration » est vu par les monopoles comme le blockbuster à succès de l'après confinement en Corée du Sud, (donc après le 4 juillet), et Cannes chauffe la salle dans un parfait timing.


ⓒYONHAP News

*Song Kang-ho

Ce n'est pas la première fois qu'un Sud-coréen participe à un jury de Cannes, citons : le premier de tous, le réalisateur Shin Sang-ok en 1994. Puis il y a eu Lee Chang-dong en 2009 et l'actrice Jeon Do-yeon en 2014, et enfin Park Chan-wook en 2017. Song Kang-ho qui est actuellement en train de tourner un film pour le réalisateur japonais Kore-eda Kirokazu, sera aussi présent sur les écrans cannois avec « Emergency Declaration ». L'acteur est devenu le plus bankable de tous les acteurs sud-coréens avec plus de 100 millions de spectateurs locaux pour l'ensemble de ses films. Cela dit, il a fait preuve presque toujours de discernement dans le choix de ses rôles, mieux : de ses films. Avec le réalisateur Spike Lee comme président du jury, cela annonce des débats intéressants (mais malheureusement tenus secrets) dans les alcôves du palais du festival. 


Quoiqu'il en soit, le cinéma sud-coréen qui avait été à son apogée au début de la pandémie, est toujours la en embuscade, prêt à redémarrer, et sa présence à Cannes le prouve.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >