Aller au menu Aller à la page
Go Top

Corée du Nord

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un appelle à une « marche forcée »

#Dernières nouvelles de la péninsule l 2021-04-22

Trait d’union

ⓒ KBS

Lors de la cérémonie de clôture de la réunion des secrétaires de cellule du Parti des travailleurs, le 8 avril, Kim Jong-un a rappelé sa détermination à entreprendre une « marche forcée » plus dure. L'expression fait référence à un slogan d'État choisi par le régime pour rallier la population durant la grave crise économique qu’avait traversée le pays au milieu et à la fin des années 1990.


« L'économie du pays se trouve dans une situation on ne peut plus difficile. La pandémie a non seulement suspendu ses échanges avec le monde extérieur, mais elle a aussi perturbé les réseaux économiques ou de marché en interne. Et sur le plan diplomatique, nul ne sait quel sort l’administration Biden va réserver à Pyongyang. Face à ces difficultés, le leader nord-coréen a annoncé à la population que le pays devra faire face à des épreuves, comme il l'avait fait pendant la période dite de la « marche forcée », explique Hong Min de l'Institut coréen pour la réunification nationale.


La Corée du Nord a déjà mené trois fois cette « marche forcée ». La première s'est déroulée de décembre 1938 à mars 1939, lorsque le fondateur de la nation Kim Il-sung et son unité de guérilla antijaponaise ont marché de la Mandchourie au fleuve Yalu. Le pays a par la suite conservé l’expression et en a fait un mot d’ordre visant à inciter le peuple à garder l'esprit de cette période difficile. 


Si Kim Jong-un a recyclé l’expression, c’est dans le but d'empêcher l'économie de sombrer en mobilisant autant de main-d'œuvre que possible, dans une période où le pays est frappé par de nombreuses sanctions internationales.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >