Aller au menu Aller à la page

Onu : six pays européens condamnent le tir d’un MSBS nord-coréen

#Gros plan sur l'actualité l 2019-10-12

Journal

ⓒKBS News

Le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) s'est réuni à huis clos le 8 octobre pour discuter du dernier tir d'essai de missile balistique nord-coréen depuis un sous-marin. A l'issue de cette session, les ambassadeurs de six pays européens à l'Onu ont adopté une déclaration commune pour condamner les actes de provocation de Pyongyang.


La réunion avait été demandée par la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne. En août dernier, ces trois pays avaient déjà convoqué deux réunions d'urgence suite aux tirs de missiles balistiques nord-coréens et publié une déclaration conjointe. La dernière session n'était cependant pas consacrée exclusivement à la question nord-coréenne. D’autres sujets d'actualité, comme la situation au Mali, ont été principalement discutés. Le 2 octobre dernier, la Corée du Nord a mené son 11e tir d'engin depuis le début de l'année. Le projectile a parcouru environ 450 km et atteint une altitude maximale de 910 km. Selon les experts, il s'agit d'un missile balistique lancé depuis un sous-marin, ou MSBS.


A l'issue de la réunion mardi, six pays européens ont publié une déclaration commune : la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Belgique, la Pologne et l'Estonie, qui deviendra membre du Conseil en janvier prochain. Dans ce texte lu par l'ambassadeur français Nicolas de Rivière, ces nations ont condamné le tir d'un MSBS par la Corée du Nord et exhorté le régime à mettre en œuvre des mesures concrètes en vue d'abandonner ses programmes d'armes de destruction massive et à reprendre les négociations avec les Etats-Unis. Elles ont également réclamé une application stricte des sanctions contre Pyongyang.


D'après la déclaration, la réunion du Conseil de sécurité a été réclamée en raison d'une « profonde préoccupation collective » au sujet du dernier tir de missile nord-coréen. Les pays européens ont réaffirmé leur condamnation des actions provocatrices du royaume ermite et souligné qu'il s'agit d'une violation évidente des résolutions de sanctions du Conseil de sécurité. Enfin, ils ont souligné l'impératif de maintenir ces sanctions et de mettre en œuvre les sanctions internationales contre Pyongyang de manière complète et stricte.


La réunion du Conseil de sécurité et la déclaration commune des six pays européens interviennent alors que les dernières discussions de travail entre la Corée du Nord et les Etats-Unis à Stockholm se sont soldées par un échec. Si la déclaration a été signée par les membres européens du Conseil au lieu des trois principaux membres du Conseil de sécurité que sont les Etats-Unis, la Russie et la Chine, c'est sans doute pour ne pas trop gâcher l'élan du dialogue Pyongyang-Washington.


La position de ces trois pays lors de la réunion à huis clos n'a pas été révélée. Cependant, aux dires de l'ambassadeur allemand Christoph Heusgen, les Etats participant à la réunion ont été unanimement critiques sur les actes commis par le régime nord-coréen. Ils ont en même temps exprimé l'espoir que les négociations avec Washington reprendront.

Contenus recommandés