Aller au menu Aller à la page

La révision de l’ALE Séoul-Washington compromise, selon le WSJ

#Info plus l 2018-08-08

Journal

ⓒKBS News

Le Wall Street Journal estime que le sous-amendement de l’accord de libre-échange (ALE) discuté entre Séoul et Washington est compromis. La perspective pessimiste du quotidien américain s’explique par la différence de politique entre les Etats-Unis et la Corée du Sud. Dès son arrivée au pouvoir, Donald Trump a proposé au gouvernement sud-coréen de revoir l’ALE. Les deux pays ont alors mené de nouvelles négociations avant de trouver un terrain d’entente en mars. Pourtant, les résultats de l’accord n’ont pas été annoncés officiellement. Séoul s’est plié aux demandes de Washington dans le domaine de l’automobile. Ainsi, il a décidé d’attendre jusqu’à 2041 pour la suppression des droits de douane sur ses camionnettes sur le marché américain. Par ailleurs, il a accepté les normes de sécurité américaines tout en faisant passer le plafond du nombre de véhicules exportés par chaque constructeur US de 25 000 à 50 000 unités par an. Malgré ces concessions, le cadre global de l’ALE signé avec Washington est maintenu.


L’administration Trump vient de relancer les discussions afin d’appliquer des droits de douane sur les automobiles fabriquées dans le pays du Matin clair. Si le département américain du Commerce juge que les véhicules « made in Korea » menacent la sécurité du pays, les Etats-Unis pourront appliquer des droits de douane pouvant atteindre 25 %. Dans ce cas, la rupture de l’ALE bilatéral sera inévitable. Puisque la Corée du Sud a déjà fait une concession, elle ne pourra pas accepter une demande supplémentaire du pays de l’Oncle Sam. Pour ce qui est des autres nations, la Maison blanche a décidé de suspendre l’imposition des droits de douane sur les voitures européennes. Rappelons que le président américain avait ordonné d’examiner l’imposition à 20 % des voitures provenant du Vieux Continent suite aux mesures prises par l’Europe en représailles aux droits de douane américains sur l’acier et l’aluminium importés.


Les constructeurs automobiles sud-coréens sont préoccupés par l’annonce de Washington. Pourtant, certains restent optimistes en voyant l’exemple de l’Europe qui a réussi à empêcher la taxation de ses automobiles. Séoul pourrait s’en servir afin de ramener son partenaire commercial à la raison. D’autres ne cachent pas leur inquiétude, car le fait que les Etats-Unis aient cédé face à la pression de Bruxelles augmente le risque pour les autres pays de voir leurs produits taxés.

Contenus recommandés