Aller au menu Aller à la page

« Divorce » de Kim Soom

#Lettres coréennes l 2018-12-04

Lettres coréennes


Extrait de l’émission :


Il y a longtemps, elle avait fait le rêve d’un divorce. Elle était alors lycéenne. C’était pendant la semaine des partiels. Elle somnolait à son bureau quand elle avait fait ce rêve dans lequel elle était toujours une lycéenne aux cheveux courts coupés au carré, vêtue d’un uniforme gris. Celui qui l’avait quittée d’un pas léger était un homme d’âge moyen portant une cravate à rayures bleu marine.    


오래 전 그녀는 이혼하는 꿈을 꾸었다.

그녀가 아직 고등학생일 때였다.

시험 기간이었고,

책상에 엎드려 깜박 잠든 사이에 꾼 꿈이었다.


꿈에서도 그녀는 단발에 회색 교복차림인 고등학생이었다.

그녀와 이혼하고 훌훌 돌아서던 남자는 남색 줄무늬 넥타이를 맨 중년 남자였다.



Cheol-sik était plutôt indifférent à la vie de couple. Il était toujours absent : lorsque sa femme a eu une fausse couche, que la chaudière était en panne, que le bail de leur maison touchait à sa fin, qu’elle a pris rendez-vous avec un spécialiste en infertilité, qu’on lui a diagnostiqué un cancer du sein, il n’était pas là. S’il était sensible aux souffrances des exclus de la société, il ne comprenait pas la douleur de son épouse, la personne la plus proche de lui.



Il ignorait sa demande de divorce à chaque fois. Une nuit, il est rentré ivre mort et lui a demandé d’un ton réprobateur :

— Pourquoi écris-tu des poèmes ?

— Que veux-tu dire ? a-t-elle rétorqué.

— Ce n’est pas pour sauver l’âme des êtres humains que tu écris des poèmes ?

— L’âme... ? Je veux tout simplement divorcer de toi.

— Alors, tu veux me larguer, c’est ça ? 

— Larguer ? Qu’est-ce que tu racontes ? 

— Mais c’est toi qui me largues ! 

— Je ne dis pas que je te largue. Je te dis que je veux divorcer. 

— C’est pareil,  n’est-ce pas ? Tu me jettes, c’est comme abandonner l’âme d’un être humain. Donc, les poèmes que tu écris désormais sont tous faux, ils sont tous des ordures !


이혼을 원한다는 그녀의 요구를 그는 번번이 묵살했다.

혀가 꼬이도록 술을 마시고 들어온 날 밤,

마침내 따지듯 그녀에게 물었다.

“당신 무엇을 위해 시를 쓰지?” 

“무슨 말이야?” 

“인간의 영혼을 구원하기 위해 시를 쓰는 것 아니었어?” 

“영혼....? 나는 당신과 이혼하고 싶은 것 뿐이야” 

“그러니까 날 버리겠다는 거 아니야?” 

“나는 지금 당신을 버리겠다는 이야기를 하고 있는게 아니야.

당신과 이혼하고 싶다는 이야기를 하고 있는 거지“ 

“그게 그거 아닌가. 네가 날 버리는 건 한 인간의 영혼을 버리는 것이나 마찬가지야.

 그러므로 앞으로 네가 쓰는 시는 거짓이고, 쓰레기야“ 



* Interview : Jeon So-yeong, critique littéraire

L’auteure se sert de Min-jeong qui est sur le point de divorcer comme d’un outil qui nous permet de comprendre que le mariage était en réalité un joug pour les femmes du pays du Matin clair. Elle présente également divers préjugés sociaux envers le mariage, le divorce ainsi que les émotions qui y sont associées. L’auteure a recours à beaucoup d’images et de descriptions afin de montrer différents aspects de la vie liée à ce thème, même s’il s’agit d’une fiction et non d’un poème. Les lecteurs se rendent compte que les phrases simples de Kim Soom sont en fait pleines de sens caché. Depuis ses débuts, Kim essaie d’écrire sur des êtres discrets en passant librement de l’Histoire à la réalité de notre société tout en décrivant des choses familières sous différents angles. Ce court récit démontre bien les caractéristiques de l’auteure.   




Auteur :

Kim Soom est née en 1974 à Ulsan, une ville portuaire située au sud-est de la péninsule coréenne. Elle a fait ses débuts en 1997 avec la publication d’« A propos de la lenteur ». La nouvelle « Divorce » publiée en 2017 dans la revue Munhak Dongne observe la vie de couple de plusieurs personnages.

Contenus recommandés