Aller au menu Aller à la page

Chollian-2A, premier satellite « made in Korea » mis en orbite

#Info plus l 2018-12-05

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Sud a réussi le lancement d’un nouveau satellite météorologique. Baptisé « Chollian-2A », il a été lancé à bord d’Ariane-5. En tant que satellite géostationnaire, il suit la vitesse de rotation de la Terre et semble donc immobile vu de celle-ci. Le pays du Matin clair dispose déjà de ce genre de satellite. Pourtant, « Chollian-2A » a été mis au point pour la première fois par des technologies « made in Korea ». Il faut savoir que ces technologies sont extrêmement difficiles à maîtriser. Les satellites restent en orbite autour de la Terre grâce à la force de gravitation que celle-ci exerce sur eux. Pour cela, il faut savoir trouver l’équilibre entre la force centrifuge et la force de gravitation. Seuls l’Union européenne et six pays, à savoir les Etats-Unis, le Japon, l’Inde, la Chine, la Russie et Israël, en sont capables.


Le nouveau satellite d’observation météorologique va prendre le relais de « Chollian-1 » pour observer les phénomènes atmosphériques près de la péninsule coréenne dans les dix années à venir. Grâce à lui, il sera possible de faire des prévisions précises et rapides liées surtout aux précipitations et au trajet des tempêtes. Les prévisions concerneront également les conditions astronomiques. Toutefois, le lancement du satellite ne veut pas dire que le projet est un succès. Il faudra attendre encore sept mois pour le savoir. Actuellement, le satellite est d’abord mis sur une orbite de transfert, à une altitude comprise entre 251 km et 35 822 km de la Terre. Grâce à la communication, le bon fonctionnement de son système a été confirmé. Il faut encore deux semaines pour que « Chollian-2A » atteigne l’orbite géostationnaire à environ 36 000 km de la Terre. Durant six mois, toutes sortes d’essais seront réalisés avant de confirmer le succès final. Et si tout se passe bien, il pourra fournir les premières données météorologiques à partir de juillet 2019.


« Chollian-2A » jouera un rôle de plateforme pour les autres satellites géostationnaires. Désormais, l’Institut sud-coréen de recherche spatiale (Kari) s’efforce de développer un lanceur de grande taille avec une capacité d’emport de 3,5 tonnes en faisant du lanceur Nuri une base de développement. Rappelons que l’essai, le 28 novembre dernier, de ce lanceur, doté d’un engin d’une poussée de 75 tonnes, a été un succès. 

Contenus recommandés