Aller au menu Aller à la page

Eric Faye, de l'histoire à la fiction

#Séoulscope l 2019-03-08

Séoulscope

Très apprécié de la critique, Eric Faye est un écrivain français qui aime avant tout les voyages. Également journaliste pour l'agence de presse Reuters, il porte un regard attentif sur le monde et plus particulièrement sur l'Extrême-Orient. C'est avec son roman Nagasaki qu'il reçoit le grand prix de l'Académie française en 2010 et c'est en 2012 qu'il devient lauréat de la Villa Kujoyama à Kyoto, l'un des plus prestigieux programmes de résidence français en Asie. 


ⓒ Crédit Clément CHARLES

Pour Nagasaki, notre invité s'inspire d'un fait divers troublant, aperçue dans un journal japonais : « un quinquagénaire a constaté que de petits objets disparaissent de sa cuisine ». Une histoire dans laquelle un homme célibataire constate que pendant plus d'un an, une femme, à peu près du même âge, vivait également dans sa maison sans qu'il s'en aperçoive. Un roman qui n'est pas sans rappeler l'excellent film Locataires du sud-Coréen Kim Ki-duk. 



Pour son deuxième passage dans la péninsule coréenne, Eric Faye rencontre pour la première fois son lectorat sud-coréen à travers des conférences organisées par l'Institut français de Séoul. Nous l'avons rencontré le jour de son arrivée, le 18 février, aux côtés de Kim Tak-hwan, romancier sud-coréen, pour une conférence sur le thème « Entre fiction et histoire ». 


ⓒ Crédit Clément CHARLES

L’écrivain français nous parle des pays qu'il traverse et de son intérêt pour l'Asie, mais aussi de son écriture à travers ses expériences, ses voyages et bien entendu de ses romans dont deux ont été traduits en coréen. Son dernier livre, Eclipses Japonaises, se passe entre le Japon et la Corée du Nord.


ⓒ Crédit Clément CHARLES

Contenus recommandés